Liens d'accessibilité

L'Europe divisée au sujet de la dette grecque


Le Premier ministre grec George Papandreou

Le Premier ministre grec George Papandreou

La France et l’Allemagne disent vouloir trouver une solution rapide à la crise économique en Grèce.

S’exprimant à Berlin, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy ont indiqué que la stabilité de l’euro demeure leur principale priorité.

La Grèce a besoin de plusieurs milliards de dollars de prêts des autres pays européens pour faire face à sa dette et éviter de se retrouver cessation de paiement.

La France et l’Allemagne étaient divisées sur la question de l’implication des investisseurs privés dans cette remise à flots de l’économie grecque. Les deux pays sont désormais sur la même longueur d’onde, a assuré la chancelière Merkel : « Les investisseurs privés devraient contribuer à titre volontaires uniquement, une participation obligatoire n’ayant aucune base légale, a-t-elle déclaré ; des propos considérés par les analystes comme un assouplissement de la position de l’Allemagne qui, envisageait, au départ, de faire assumer certaines des pertes par le secteur privé ».

La France et L’Allemagne sont déterminées à défendre l’Euro, a déclaré, de son côté, le président Sarkozy.

Toutefois, Mark Weisbrot du Centre de recherches économique et politique, groupe de réflexion basé ici aux Etats-Unis, un renflouement de l’économie grecque tel qu’actuellement envisagé n’aidera pas la Grèce sur le long terme.

« La Grèce a besoin de se débarrasser d’une grande part de sa dette ; sinon, vous avez tout simplement une restructuration remettant certains paiements d’intérêts à plus tard, sans pour autant réduire le principal, par exemple ; si bien que vous vous retrouveriez exactement dans la même situation un ou deux ans plus tard », a expliqué Weisbrot.

L’Union européenne et le Fonds monétaire international soumettent tout appui à la Grève à de strictes mesures d’austérité ; ce qui provoque l’instabilité sociale dans ce pays et accentue la pression sur son gouvernement. Mercredi, des dizaines de milliers de Grecs son descendus dans la rue pour protester contre la hausse des impôts et la réduction des dépenses publiques.

Le Premier ministre grec Georges Papandreou a, de nouveau, remanié son gouvernement et nommé un nouveau ministre des Finances.

XS
SM
MD
LG