Liens d'accessibilité

L’état civil, outil essentiel pour améliorer la santé


Sans état civil, les enfants deviennent invisibles, explique le Dr Marie-Paule Kieny de l'OMS

Sans état civil, les enfants deviennent invisibles, explique le Dr Marie-Paule Kieny de l'OMS

L’ONU parrainait cette semaine le sommet mondial sur l'enregistrement des actes d'état civil à Bangkok en Thaïlande. But de la rencontre : renforcer les systèmes d’enregistrement d’état civil et les systèmes de statistiques d’état civil dans les pays.

Quelque 80 pays ne disposent pas d’un système opérationnel d’enregistrement des actes d’état civil, fait valoir l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La plupart des naissances et des décès non comptabilisés se produisent en Afrique subsaharienne ou en Asie du Sud-Est.


« De plus en plus on se rend compte que l’enregistrement de l’état civil est un moyen indispensable pour arriver à promouvoir la santé dans tous les pays, de pouvoir promouvoir la couverture sanitaire universelle, mais aussi de pouvoir promouvoir les droits de l’homme. On compte quand on a une identité » explique le docteur Marie-Paule Kieny, sous-Directeur général de l'OMS pour les systèmes de santé et l'innovation.

« Tant que les naissances ne sont pas enregistrées, les enfants n’ont pas d’identité, ils ne sont pas comptés – donc ils ne comptent pas » poursuit Mme Kieny. « On ne sait pas combien sont nés, on ne sait pas leurs noms. Comme ils ne sont pas enregistrés, ils n’ont pas droit à une nationalité. Ils n’ont pas droit à des soins de santé » ajoute-t-elle. Ces enfants deviennent invisibles dans la société, n’ayant droit ni d’aller à l’école ou à l’université, ni d’accéder à la couverture médicale publique, ou à un passeport.
XS
SM
MD
LG