Liens d'accessibilité

Les Vengeurs du Delta revendiquent une attaque contre un oléoduc au Nigeria


Des militants du delta du Niger

Des militants du delta du Niger

L'attaque revendiquée est intervenue à quelques jours de pourparlers prévus avec des membres du gouvernement du président Muhammadu Buhari pour faire cesser les actes de sabotage contre les installations pétrolières du pays.

Le groupe rebelle des Vengeurs du delta du Niger (NDA) a revendiqué mardi la destruction d'un oléoduc de la compagnie Chevron dans le sud du Nigeria.

"Aujourd'hui, à 03h45, notre commando de choc 06 a attaqué l'oléoduc de Chevron dans la zone offshore d'Escravos", indiquent les NDA dans un communiqué, expliquant l'attaque par leur refus des réparations effectuées sur les oléoducs.

"Cette attaque est destinée à signifier à toutes les compagnies internationales que lorsque nous avertissons qu'il ne devrait pas y avoir de réparations avant toute négociation ou dialogue avec la population de la région du Delta, cela veut dire qu'il ne doit pas y avoir de réparations", a souligné le porte-parole du groupe, Mudoch Agbinibo.

La compagnie américaine Chevron n'a pas fait de commentaires.

Un responsable de la sécurité a confirmé des fuites de pétrole à l'AFP. "Pour l'instant, nous ne pouvons pas confirmer si c'est à cause d'une attaque ou de la rupture d'un oléoduc appartenant à Chevron", a-t-il dit.

De plus en plus de groupes rebelles ont lancé des actes de sabotages et d'attaques contre les installations pétrolières du pays, entraînant une importante baisse de la production d'or noir, contribuant à l'entrée en récession de l'ex-première puissance économique d'Afrique.

Les NDA, aux velléités clairement indépendantistes, avaient annoncé au mois d'août un cessez-le feu et le principe de discussions avec le gouvernement.

Ils réclament notamment une meilleure redistribution des ressources du pétrole, qui représentent 70% des revenus de l'Etat nigérian, et assurent combattre pour le développement de leur communauté.

Un autre groupe rebelle, les Militants pour une justice sur les terres vertes du Delta (NDGJM), a également revendiqué des attaques d'oléoducs en septembre dernier.

Plusieurs groupes rebelles ont attaqué des infrastructures d'hydrocarbures (gaz et pétrole) depuis le début de l'année, affirmant défendre les communautés locales qui n'ont jamais profité des bénéfices de l'or noir.

La région du delta est particulièrement pauvre et manque cruellement d'infrastructures, malgré les milliards de dollars générés par l'extraction de pétrole depuis les années 1950.

Le gouvernement du président Buhari doit en principe avoir des discussions avec des militants et des leaders locaux de la région du delta à Abuja le 31 octobre pour tenter de mettre fin aux troubles.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG