Liens d'accessibilité

Les Syriens ont voté ce mardi, aucun changement attendu


Un homme tient un portrait du président Bachar al-Assad et un drapeau syrien dans un bureau de vote à Damas, le 3 Juin 2014.

Un homme tient un portrait du président Bachar al-Assad et un drapeau syrien dans un bureau de vote à Damas, le 3 Juin 2014.

Le scrutin présidentiel devrait offrir au président Bachar al-Assad une victoire écrasante pour un nouveau mandat de sept ans au moment où la guerre civile meurtrière se poursuit à travers le pays.

15 millions d’électeurs étaient attendus aux urnes pour ce scrutin présidentiel. Le vote a lieu seulement dans les régions contrôlées par le gouvernement.

L'opposition syrienne et ses alliés occidentaux ont dénoncé l'élection, qui oppose M. Assad à deux personnalités peu connues et approuvées par le gouvernement.
Pour le Premier ministre Syrien, Wael al - Halqi, cette élection va propulser le pays sur la voie de la guérison. Tout le contraire pour l’opposition.

" Eh bien, Assad contrôle toujours l’armée, contrôle encore les services de renseignements, contrôle encore dans une certaine mesure les milices étrangères. Et même si l'un de ces deux autres candidats gagne, ils n'ont aucun moyen d'exécuter quoi que ce soit dans le pays. Assad a été très clair : il contrôlera ce pays, il va tuer toute personne qui s’oppose à lui et il fera tout ce qu'il faut pour rester au pouvoir", a averti le porte-parole du conseil national syrien, Khaled Saleh. Il estime que les résultats n'auront pas d'impact réel sur l'avenir de la Syrie.

Les rebelles qui ont appelé au boycott, se battent depuis plus de trois ans pour renverser le régime Assad et les combats ont continué encore ce mardi dans la banlieue de Damas.
XS
SM
MD
LG