Liens d'accessibilité

Les Shebab démentent une attaque de l’armée kenyane


Le site d'une attaque des Shebab près de Mandera, dans le nord-est du Kenya (AP)

Le site d'une attaque des Shebab près de Mandera, dans le nord-est du Kenya (AP)

Les Kenyans reprochent aux autorités de ne pas assurer leur protection.

Les Shebab somaliens démentent que les forces kényanes aient tué une centaine de leurs combattants, dont les responsables de l’attaque samedi contre un bus, qui a coûté la vie à 28 personnes dans le nord-est du Kenya. Pour sa part, la population kenyane est furieuse contre son propre gouvernement.

Les Kenyans reprochent aux autorités de ne pas assurer leur protection, et ils demandent des preuves de ce qu’avance le vice-président William Ruto. Il a parlé dimanche de « deux opérations réussies »contre les militants et un de leurs camps d’entrainement dans le sud de la Somalie, où l’attaque contre le bus a été planifiée.

L’ancien Premier ministre Raila Odinga reste sceptique. Il fait remarquer que les assaillants ne sont pas assez stupides pour retourner dans leur camp. De son côté, le gouverneur de Mandera se plaint de l’inaction des autorités, malgré ses avertissements sur de possibles attaques terroristes. Le chef de la police kenyane dit ne pas être au courant. Les Shebab affirme « n’avoir perdu aucun homme ». La milice qualifie de « sans fondement » les affirmations du gouvernement kenyan qui ne chercherait, dit-elle, qu’à camoufler son incapacité à assurer la protection de ses citoyens.

Le Kenya a été le théâtre d’attaques sanglantes, depuis que ses forces sont entrées, il y a 3 ans, en Somalie pour combattre les Shebab.

XS
SM
MD
LG