Liens d'accessibilité

Les restes du poète Pablo Neruda à nouveau inhumés


 Pablo Neruda à Paris, alors ambassadeur en France, le 21 octobre 1971, s'adressant à la presse après son prix Nobel de littérature.

Pablo Neruda à Paris, alors ambassadeur en France, le 21 octobre 1971, s'adressant à la presse après son prix Nobel de littérature.

L'ancien prix Nobel de littérature, qui avaient été exhumés en 2013 pour déterminer s'il avait été assassiné par des agents de la dictature d'Augusto Pinochet, ont été remis en terre.

Après un hommage populaire à Santiago du Chili, le cercueil avec les restes de cet ambassadeur de la littérature hispano-américaine ont été transférés mardi matin à Isla Negra (à 120 km à l'ouest de la capitale), dernier lieu de résidence du poète, et inhumés.

Près de quarante-trois ans après sa mort, en 1973, Pablo Neruda repose à nouveau dans le jardin de sa villa face au Pacifique, au côté de Matilde Urrutia, sa troisième femme.

Après une longue bataille judiciaire, l'exhumation des restes de Pablo Neruda avait eu lieu en avril 2013 pour tenter d'éclaircir les circonstances de son décès. Les analyses n'ont, pour l'heure, pas apporté de réponse définitive.

Selon le certificat de décès rédigé par la junte militaire alors au pouvoir, le poète est mort d'un cancer de la prostate quelque jours après le coup d'Etat de 1973.

Son chauffeur de l'époque, Manuel Araya, assure, lui, que Pablo Neruda, militant du Parti communiste, a succombé à une injection faite la veille de son départ pour le Mexique, où il comptait s'exiler pour y diriger l'opposition au général Pinochet.

En mai 2014, une équipe de chercheurs espagnols a révélé la présence massive de bactéries, des staphylocoques dorés, qui auraient pu être inoculées par des agents de la dictature.

Les résultats d'une ultime analyse sont attendus en mai pour clore définitivement la procédure.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG