Liens d'accessibilité

Les prix du café, du cacao et du sucre continuent à baisser, affectés par la chute des cours du pétrole


cacao

cacao

Les prix du café, du cacao et du sucre ont légèrement baissé cette semaine, affectés par les pluies qui influencent les volumes des récoltes et une chute brutale des cours du pétrole qui a gêné tous les marchés de matières premières.

Les prix du café ont poursuivi leur baisse cette semaine alors que de meilleures conditions météorologiques au Brésil, de bon augure pour les volumes des récoltes, pèsent sur les cours.

En début de semaine, les prix de l'arabica coté à New York ont oscillé mollement en fonction des prévisions météorologiques, tandis que les prix du robusta coté à Londres ont trouvé un peu de soutien en début de semaine grâce à des chiffres d'exportations et de récoltes en baisse en Asie.

"Les pluies au Brésil ont aidé à faire descendre les prix, alors que les prix du robusta sont montés légèrement à cause de volumes d'exportation plus bas depuis l'Indonésie et une récolte moins bonne qu'escomptée au Vietnam", ont expliqué les analystes de Capital Economics.

Des déficits d'offres sont prévus pour l'arabica l'année prochaine, affecté par la sécheresse au Brésil. Ce pays, premier producteur et exportateur mondial de café (principalement d'arabica), a connu au premier trimestre une sécheresse historique, qui a touché les cultures caféières au moment crucial du développement des fruits.

Mais les pluies récentes devraient améliorer les prévisions de récoltes, selon les analystes de Rabobank.

Les prix de l'arabica sont tombés jeudi à leur plus bas niveau depuis la fin du mois de septembre, à 174,90 cents la livre, entraînant avec eux le cours du robusta. Le café coté sur le Liffe de Londres a atteint son plus bas niveau en près de cinq mois jeudi également, à 1.963 dollars la tonne.

Le cacao poursuit sa baisse

Les cours du cacao ont continué de baisser cette semaine, sur fond de bonne récolte en Côte d'Ivoire et au Ghana, premier et deuxième producteurs mondiaux de fèves de cacao. Le prix du cacao coté à Londres a atteint vendredi son plus bas niveau depuis le 26 novembre, à 1.876 livres sterling la tonne. A New York la tonne de cacao a chuté vendredi à son plus bas niveau depuis début décembre, à 2.843 dollars.

"Les prix du cacao sont tombés car l'offre a été renforcée par le début de la nouvelle récolte en Côte d'Ivoire et au Ghana, qui s'ajoute aux stocks existants", ont noté les analystes de Capital Economics.

Néanmoins, il est possible que les cours du cacao remontent à court terme, car la croissance de l'offre de cacao de Côte d'Ivoire pourrait ralentir, selon Jack Scoville, analyste chez Price Future Group. "La météo a été généralement bonne, mais des pluies ont un peu ralenti le rythme des récoltes", a souligné M. Scoville.

Le sucre reste plombé par l'abondance de l'offre

Les prix du sucre ont continué de baisser cette semaine, marquant pour le sucre coté sur le Liffe de Londres un plus bas niveau depuis le mois de septembre, à 392,50 dollars la tonne.

"Les prix du sucre ont chuté malgré une baisse de la production brésilienne", ont indiqué les analystes de Capital Economics.

Le nouveau rapport de la fédération professionnelle brésilienne Unica, qui a confirmé une baisse de la récolte de la canne à sucre au Brésil, n'a pas réussi à offrir un peu de soutien aux cours.

La quantité de canne à sucre transformée dans les usines du centre-sud du Brésil, principale région sucrière du pays, affiche un fort ralentissement par rapport à l'an dernier et laisse prévoir une baisse de la production annuelle, a indiqué jeudi Unica.

Les quantités broyées devraient continuer à chuter car de nombreuses usines ont déjà mis un terme à leur récolte. Elles sont 136 à avoir fermé leurs portes au 30 novembre, au lieu de 73 à la même date l'an dernier.

Mais le marché du sucre demeure victime d'un surplus d'offre. "Le sucre souffre déjà de l'idée que la demande n'est pas assez bonne par rapport à l'offre du marché", a commenté M. Scoville.

"Et le rapport d'Unica laisse à penser également que la pluie au Brésil a affecté les récoltes, amenant beaucoup de raffineries de sucre à reporter leur fermeture à décembre (au lieu de novembre), suggérant que beaucoup d'usines ont l'intention de produire autant de sucre qu'elle le peuvent avant de fermer", ont souligné les analystes de Sucden.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de ROBUSTA pour livraison en mars valait 1.973 dollars vendredi à 12H00 GMT, contre 2.049 dollars le vendredi précédent à 11H50 GMT. Sur le ICE Futures US de New York, la livre d'ARABICA pour livraison à la même période valait 175,95 cents, contre 181,75 cents sept jours auparavant.

A Londres, la tonne de SUCRE BLANC pour livraison en mars valait 394,30 dollars, contre 395,20 dollars le vendredi précédent. A New York, la livre de SUCRE BRUT pour livraison en mars valait 15,18 cents, contre 15,14 cents sept jours auparavant.

A Londres, la tonne de CACAO pour livraison en mars valait 1.887 livres sterling, contre 1.922 livres sterling le vendredi précédent. A New York, la tonne pour livraison en mars valait 2.861 dollars, contre 2.887 dollars sept jours plus tôt.

XS
SM
MD
LG