Liens d'accessibilité

Les premiers vols civils de drones, autorisés par la FAA


Le mini-drone d'Amazon, qui pourrait être éventuellement chargé de livrer des petits paquets pour le géant de la vente en ligne

Le mini-drone d'Amazon, qui pourrait être éventuellement chargé de livrer des petits paquets pour le géant de la vente en ligne

Les États-Unis ont autorisé mardi les premiers vols civils de drones au-dessus de leur territoire. Parmi les premiers à les utiliser: le groupe pétrolier BP, pour assurer la surveillance de ses installations du nord de l'Alaska.

L'Autorité fédérale de l'aviation civile (FAA) a entériné la demande de BP et du constructeur AeroVironment d'utiliser un drone Puma pour inspecter les oléoducs, les routes et les équipements à Prudhoe Bay, le plus grand gisement pétrolier américain, signale Reuters.

La FAA étudie également le recours à cette technologie pour des projets de photographies aériennes et de cinématographie soumis par sept sociétés. L’agence doit théoriquement fixer d’ici à septembre 2015 les règles encadrant l'accès des drones au ciel américain, mais il se pourrait qu’elle ait besoin d’un délai supplémentaire.

L’utilisation des drones à des fins commerciales permettrait toute une nouvelle gamme d’activités. Certes ils peuvent prendre des clichés et vidéos inédits. Mais par exemple, le géant des ventes en ligne, Amazon, rêve de livrer ses paquets par drones. Et puis, l’université de Californie à Davis fait des essais d’épandage d’insecticides grâce aux drones. Ce serait nettement plus précis et meilleur marché que les petits avions, font valoir les chercheurs.

Michael Toscano, président de l'Association pour Unmanned Vehicle Systems International (AUVSI), espère que la FAA interviendra au plus vite pour permettre au secteur de prendre son essor. « Rien que dans les 3 premières années, le bénéfice économique atteindrait 13,6 milliards de dollars, avec la création d’environ 70.000 emplois », explique M. Toscano.

Raphael Pirk, chef de la société de systèmes sans pilote, Team BlackSheep, affirme que l’industrie des drones n’en est plus à ses premiers balbutiements, loin de là. « Maintenant, on en arrive au point où les entreprises s'impliquent et où on calcule les coûts plus exactement. Ils calculent le coût, par exemple, d’une équipe de tournage dans un vrai hélicoptère, contre une équipe de tournage avec un drone – quels sont les avantages, et la qualité de l’image », affirme M. Pirk.

Les sociétés vont maintenant imaginer les moyens d’utiliser des petits drones pas chers. Cela devrait révolutionner le monde des affaires, estime le professeur Keith Hayward de la Royal Aeronautical Society à Londres. « Cela fait une différence – une différence significative … dans la façon dont on organise la société » déclare M. Hayward.

A noter que les mini-drones font parler d’eux à la Coupe du monde de football, qui a débuté au Brésil. Car un drone est venu survoler la première séance d'entraînement de l'équipe de France. Les Bleus n’ont pas apprécié, parait-il.
XS
SM
MD
LG