Liens d'accessibilité

Les pourparlers entre les factions syriennes, au point mort


Lakhdar Brahimi a tenté un ultime effort pour sortir les pourparlers de paix de l'impasse, en vain

Lakhdar Brahimi a tenté un ultime effort pour sortir les pourparlers de paix de l'impasse, en vain

Le principal groupe d'opposition en Syrie a déclaré vendredi que les pourparlers de paix avec le gouvernement étaient « dans l’impasse » après plusieurs jours de négociations sans aucune percée en vue.

Le médiateur des Nations Unies (ONU) et de la Ligue arabe pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, a poursuivi samedi à Genève des entretiens séparés avec les belligérants au conflit syrien. Mais lors d'un point de presse, il a reconnu qu'ils n'avaient pas abouti, et que les factions n'ont même pas pu s'accorder sur une date pour reprendre les pourparlers.

M. Brahimi a tenté un ultime effort pour sortir les négociations de l'impasse, alors que l’on redoute qu'elles puissent s'effondrer complètement - en vain.

Le principal groupe d'opposition en Syrie a déclaré vendredi que les négociations avec le gouvernement étaient « dans l’impasse », après plusieurs jours de discussions sans aucune percée en vue.

Le porte-parole de l'opposition, Louai Safi, a rejeté la responsabilité de l’impasse sur le ton « belligérant » du gouvernement. Mais le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Mikdad, a lui invité l'opposition a présenter « un ordre du jour réaliste ».

L'opposition veut discuter de la mise en place d'un gouvernement de transition qui serait susceptible d'exclure le président Bachar al-Assad. Pour le gouvernement syrien, priorité doit être accordée à la lutte contre le terrorisme - le terme utilisé par Damas pour évoquer les rebelles .

Vendredi soir, le président Barack Obama a déclaré qu’il faut trouver « une solution politique » au conflit en Syrie. Même si les parties ne parviennent pas à s’entendre dans l’immédiat, des mesures seront prises pour « faire davantage pression sur le régime Assad », a-t-il noté.

M. Obama s’exprimait à l’occasion d’une rencontre avec le roi Abdallah II de Jordanie en Californie. Il a par ailleurs proposé un milliard de dollars en garanties de prêts à la Jordanie, ainsi que le renouvellement d’un accord de coopération représentant 660 millions de dollars par an. Ces fonds sont en partie destinés à aider ce pays à faire face à l’afflux de réfugiés syriens.
XS
SM
MD
LG