Liens d'accessibilité

Les mouvements du Nord malien suspendent la mise en oeuvre des accords de Ouagadougou


un combattant du MNLA

Ils accusent Bamako de ne pas respecter ses engagements et notamment de violer le cessez-le-feu et de procéder à des arrestations arbitraires.

Selon le communiqué, le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA), le Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (HCUA), et le Mouvement Arabe de l’Azawad (MAA), "informent l’opinion nationale et internationale que suite aux graves et multiples difficultés de mise en œuvre de l’accord de Ouagadougou, ils ont décidé de suspendre toute participation à la mise en œuvre de l'accord, et ce, jusqu'à nouvel ordre."

Les différents groupes dénoncent selon eux :
-la violation unilatérale du cessez-le feu par la partie malienne,
-la poursuite des exactions militaires sur le civils azawadiens et la poursuite des arrestations arbitraires,
-la non libération des détenus politiques suite au conflit,
-la violente répression de la manifestation des femmes à Kidal,
-l'agression des positions militaires du MNLA à Foyta, dans la zone de Léré,

Les mouvements mettent aussi en cause le nouveau président malien, Ibrahim Boubacar Keita.

Ils considèrent comme des "déclarations belliqueuses qui affirmaient dans un discours à Bamako "sauf l’indépendance, le fédéralisme et l’autonomie, tout est négociable."Cette déclaration rend, de facto, nulle et non avenue la participation des mouvements de l'Azawad à toute discussion dans la mesure où elle implique explicitement qu'il n'y a strictement rien à négocier", toujours selon le texte.

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG