Liens d'accessibilité

Les métaux industriels remontent la pente, aidés par le rebond des Bourses


Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont profité dans l'ensemble cette semaine de la reprise des marchés boursiers en Asie.

Ces marchés boursiers ont rouvert en forte hausse après les congés du Nouvel an lunaire, tandis que plomb et le zinc, en nette baisse, ont réussi à redresser la barre en fin de semaine.

Le début de la semaine a été caractérisé par "un appétit pour le risque significativement plus élevé parmi les investisseurs", qui s'est matérialisé par un net rebond des Bourses asiatiques, Tokyo en tête, alors que les marchés chinois rouvraient après une semaine d'interruption pour les fêtes du Nouvel An, ont relevé les analystes de Commerzbank.

Cette euphorie inattendue des places financières asiatiques, qui s'est propagée aux marchés européens, prenait à la fois sa source dans la volonté affichée dimanche par Pékin d'empêcher sa monnaie de se déprécier davantage et dans des spéculations sur de possibles nouvelles mesures de soutien de la Banque du Japon (BoJ).

Cet interventionnisme a contribué à rassurer les investisseurs et permis par ricochet aux prix des métaux industriels de s'afficher en hausse.

Selon les experts de Commerzbank, les achats spéculatifs d'investisseurs cherchant à couvrir des positions courtes ont sans doute aussi joué dans ce rebond, qui n'a guère été affecté par les mauvais chiffres du commerce extérieur de la Chine.

Le géant asiatique a en effet de nouveau vu ses exportations et ses importations dégringoler de concert en janvier, tout en enregistrant un excédent commercial record, reflet inquiétant de la détérioration de son activité industrielle. Néanmoins, ramenées sur un an, les importations chinoises de cuivre et de minerai de fer ont progressé de quelque 5%, confirmant la bonne tenue de la demande chinoise de métaux industriels.

Aussi, selon les analystes d'Unicredit, la consolidation actuelle des métaux de base pourrait préfigurer la formation d'un plancher.

- Le cuivre galvanisé par la demande chinoise -

Après avoir nettement rebondi lundi dans le sillage des Bourses asiatiques et européennes, les cours du cuivre se sont stabilisés, rassurés par la hausse des importations chinoises de métal rouge, qui ont grimpé de 5,3% sur un an en janvier, à 437.000 tonnes.

"Les importations de cuivre en Chine ont été vraiment fortes depuis octobre 2015, en particulier (celles de) minerais et de concentrés", ont souligné les analystes de Barclays, attribuant ces bons chiffres à l'expansion de la capacité de fonderie de la Chine ainsi qu'à la dépréciation du yuan et à la fermeture de plusieurs mines locales.

Une analyse partagée par les experts d'Unicrédit qui prévoient une croissance de la demande chinoise de cuivre de 2,9% cette année, "ce qui conduira à un marché mondial quasi équilibré", ont-ils noté.

- Le plomb et le zinc affectés par les excédents -

A l'inverse des autres métaux industriels, le plomb et le zinc ont d'abord nettement creusé leurs pertes en début de semaine, avant de toutefois parvenir à se reprendre.

Le cours du zinc est même tombé mercredi jusqu'à 1.640,50 dollars, un plus bas depuis début février tandis que le plomb a atteint jeudi 1.708 dollars, un minimum depuis plus de deux semaines également.

Les deux métaux ont notamment souffert de la publication en début de semaine de données du Groupe international d'étude sur le plomb et le zinc (ILZSG), selon lesquelles le marché mondial du plomb a enregistré un excès d'offre de 63.000 tonnes en 2015, alors qu'il était quasiment équilibré l'année précédente, et devrait voir ses excédents s'accroître encore en 2016, ont rapporté les analystes de Commerzbank.

De même, sur le marché du zinc, l'offre a excédé la demande de quelque 123.000 tonnes en 2015, après un déficit de 224.000 tonnes enregistré l'année précédente, selon les chiffres du ILZSG cités par les experts de Commerzbank.

Pourtant, selon ces derniers, les cours du zinc devraient rebondir dans le cours de l'année en raison des réductions de production massives qui ont été annoncées et devraient commencer à porter leurs fruits.

"Le déficit d'offre de 160.000 tonnes prédit en octobre par le ILZSG pour 2016 est désormais obsolète. En réalité, le marché devrait manquer de quelque 1 million de tonnes (de zinc) après l'annonce de réductions de production de grande envergure", ont-ils ajouté.

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s'échangeait à 4.590,50 dollars vendredi à 12H25 GMT, contre 4.494,50 dollars le vendredi précédent à 12H30 GMT.

L'aluminium valait 1.539 dollars la tonne, contre 1.498 dollars, après avoir atteint vendredi 1.540 dollars, un plus haut en deux semaines.

Le plomb valait 1.742 dollars la tonne, contre 1.846,50 dollars.

L'étain valait 15.840 dollars la tonne, contre 15.400 dollars.

Le nickel valait 8.400 dollars la tonne, contre 7.735 dollars.

Le zinc valait 1.726 dollars la tonne, contre 1.720 dollars.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG