Liens d'accessibilité

Les leaders religieux centrafricains s’inquiètent de la prochaine saison des pluies


Dieudonné Nzapalainga, Nicolas Guérékoyame Gbangou et Omar Kobine Layama à Washington, le 18 mars 2014

Dieudonné Nzapalainga, Nicolas Guérékoyame Gbangou et Omar Kobine Layama à Washington, le 18 mars 2014

Mardi, les trois hommes ont répété devant des diplomates américains la nécessité d'agir vite en Centrafrique.

Devant l'auditoire de la Brookings Institution, un think-tank, les religieux ont fortement insisté sur l'urgence de la situation humanitaire dans leur pays.

"Nous sommes ici pour lancer les cris de cœur du peuple centrafricain qui connait les heures les plus sombres de son histoire. Nous ne pouvons pas rester sans rien faire", a dit Dieudonné Nzapalainga.
L'archevêque de Bangui s'est déclaré "insatisfait de la réponse des forces Sangaris et Misca. Il est temps d'organiser une opération onusienne de maintien de la paix."

Autre crainte à venir pour les Centrafricains déplacées : la saison des pluies qui s'annonce. Nicolas Gbangou explique que les populations fragilisées n’auront rien pour se protéger, notamment dans les camps, ce qui va aggraver leur situation. Les trois religieux centrafricains ont ensuite été reçus au Département d’Etat. Au cours de cet échange avec les diplomates américains, ils ont réclamé une aide financière substantielle et des actes concrets envers le pays dans les domaines de la justice, la lutte contre l'impunité et l'éducation.

La question du calendrier électoral demeure bien aléatoire alors que les Centrafricains sont censés aller aux urnes d'ici février 2015.

Pour David Brown, il ne faut rien exclure même si "ni la présidente (Samba-Panza), ni les partenaires internationaux ne veulent lâcher cette date de février 2015."

Selon le diplomate, ce calendrier est utile car les élections marqueront la fin de la transition et le début d’une nouvelle ère politique.

Néanmoins, M.Bown souligne que "si la situation sécuritaire reste difficile, il sera impossible de tenir les élections présidentielle et législatives. Il sera nécessaire d’établir une nouvelle date mais nous n'en sommes pas encore là."
Après cet entretien, Dieudonné Nzapalainga, Nicolas Guérékoyame Gbangou et Omar Kobine Layama ont été reçus au Conseil National de Sécurité et au Congres.

Ils rencontreront mercredi des représentants de l'USAID et de la Banque mondiale.
XS
SM
MD
LG