Liens d'accessibilité

Les Kurdes contrôleraient en grande partie Tel Abyad


Combats en Syrie

Combats en Syrie

Tel Abyad a une importance stratégique pour l'EI car c'est la ville la plus proche de Rakka, l'un des principaux points de transit du trafic d'armes et de pétrole des djihadistes.

AMMAN/BEYROUTH/AKCAKALE, Turquie (Reuters) - Les combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) ont pris lundi le contrôle de la plus grande partie de la ville syrienne de Tel Abyad, à la frontière turque, qui était tenue jusqu'ici par les djihadistes de l'Etat islamique (EI), rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

L'OSDH, une ONG basée en Grande-Bretagne mais qui dispose de nombreux informateurs sur le terrain, ajoute qu'une poignée de combattants de l'EI et de leurs alliés tiennent toujours quelques poches de résistance dans la ville.

Les peshmergas kurdes, soutenus par des frappes aériennes de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis, avaient auparavant annoncé avoir encerclé la ville et coupé l'axe d'approvisionnement des djihadistes entre Tel Abyad et Rakka, bastion de l'EI à moins de 100 km plus au sud.

Garder le contrôle de Tel Abyad revêt une importance stratégique pour l'EI car c'est la ville frontalière la plus proche de Rakka, chef-lieu de la province du même nom. C'est aussi l'un des principaux points de transit du trafic d'armes et de pétrole des djihadistes. S'ils le perdaient, ils ne tiendraient plus qu'un seul point de passage à la frontière turque, celui de Djarablous.

L'YPG a par ailleurs annoncé l'envoi de renforts vers Tel Abyad en provenance de la province de Hassaki et de la ville de Kobani. Pour les peshmergas, la prise de Tel Abyad assurerait la continuité avec ces deux zones qu'ils contrôlent. Les combats dans la région ont conduit des milliers de civils syriens à se réfugier en Turquie depuis le début du mois.

Selon un photographe de Reuters sur place, 5.000 personnes ont franchi la frontière dans la seule journée de lundi. Christopher Bender, de l'ONG Danish Refugee Council, a déclaré que 18.000 civils avaient déjà trouvé refuge en Turquie ces dix derniers jours. La Turquie voit d'un mauvais oeil les gains enregistrés par les forces kurdes et dénonce les liens supposés de l'YPG avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui combat depuis plus de trente ans le pouvoir d'Ankara.

XS
SM
MD
LG