Liens d'accessibilité

Les Kenyans en colère contre leurs députés


Des manifestants bloquant des députés devant le parlement à Nairobi

Des manifestants bloquant des députés devant le parlement à Nairobi

Des centaines de manifestants sont descendus dans les rues de Nairobi, la capitale kenyane, pour dénoncer la prime de 110.000 dollars que les législateurs se sont octroyés à eux-mêmes, alors que l'économie du pays est en difficulté et que l’Etat peine à verser leurs salaires aux autres fonctionnaires.

Cela fait moins d’une semaine que les parlementaires kenyans se sont attribués cette prime, pour un montant total de 24 millions de dollars, tout en adoptant à l’unanimité un projet d’alourdissement de la fiscalité pour leurs compatriotes. A savoir une taxe de 10 % sur les transferts de fonds par téléphonie mobile, impôt qui servira justement à financer leurs nouvelles primes.

Les Kenyans ont immédiatement manifesté leur indignation, accusant les députés de les exploiter en imposant des services de base.

Muthoni Maingi, une entrepreneure qui a aidé à organiser l’une des manifestations, affirme qu’il en va de la survie des petites gens. « Nous avons vraiment établi un précédent en prouvant que les Kenyans ne sont pas apathiques » estime Mme Maingi. « Les Kenyans de toutes les couches de la société sont entièrement solidaires avec le fait que nous ne pouvons pas permettre à nos députés d’imposer des politiques qui leur profitent exclusivement. Il est temps qu’ils paient les mèdecins, les enseignants, les infirmiers et infirmières » poursuit l’entrepreneure. « Nos enfants vont dans des écoles privées de bibliothèques » s’indigne cette mère de famille.

Le mois dernier, le Kenya a été confronté à une série de grèves d’employés du secteur public qui réclamaient des hausses de salaire.

Parmi les manifestants mardi : le bloggeur Robert Alai, qui fait valoir qu’aucun travailleur ne peut fixer son salaire, et que les parlementaires ne sauraient faire exception à la règle. « Combien de travailleurs, de fonctionnaires, décident combien ils seront payés ? » demande le blogueur, en ajoutant qu’il faut que les Kenyans fassent entendre leur voix.

Le projet de loi taxant les services bancaires par mobile est actuellement aux mains du ministre de la Justice, et doit être paraphé par le président Mwai Kibaki. Ce dernier séjourne à Londres pour des pourparlers avec son homologue ougandais. Les manifestants attendent de voir quelle sera sa décision.
XS
SM
MD
LG