Liens d'accessibilité

Les importations chinoises inondent le marché du textile au Kenya


Les fabricants se plaignent de la concurrence déloyale que leur font les importations chinoises

Les fabricants se plaignent de la concurrence déloyale que leur font les importations chinoises

Les travailleurs et responsables de l’industrie du textile du Kenya se plaignent de la concurrence selon eux déloyale qu’ils subissent des fabricants de textiles chinois.
Les propriétaires kenyans d'entreprises textiles se plaignent que importations à vil prix en provenance de Chine ont un effet négatif sur leur industrie, déjà affectée par le coût élevé de l'énergie. Les propriétaires veulent que le gouvernement Kenyan redouble d’efforts pour mieux contrôler et taxer ces produits.

Dans le centre de Nairobi, certains vendeurs de vêtements disent se ravitailler en Turquie et ailleurs, au motif que leurs clients se plaignent de la mauvaise qualité des importations massives de textiles chinois et sont mécontents du manque de variété et des couleurs répétitives de ces produits.

« Ce que je voudrais que le gouvernement fasse, c’est favoriser l'industrie locale afin que nous puissions avoir nos confections locales que nous vendons localement, ce qui pourra créer des emplois pour les jeunes et faire croître notre économie », explique l’un d’eux, Charles Maina.

Steven Mutoro, secrétaire général de la Fédération des consommateurs du Kenya, dit qu'il n'y a rien de mal à ce que les importations chinoises coûtent moins cher, mais il évoque le problème de la qualité.

« Nous avons un problème. La question n'est pas la sur-tarification. La question devrait être le meilleur point de convergence entre la qualité et les prix en termes d’incitation à la consommation. Mais la situation aujourd'hui, c’est que les marchandises en provenance d'Orient, et en particulier de Chine, inondent le marché, premièrement, parce que le gouvernement est corrompu, et deuxièmement, à cause de l'incompétence du Bureau kenyan sur les normes » explique M. Mutoro.

Selon la Fédération africaine des industries du textile de coton, le Kenya importe plus de 30.000 containers de vêtements annuellement. Les fabricants locaux ont appelé le gouvernement à augmenter les taxes à l’importation pour créer un fonds de subvention. Le président de la fédération, Rajeev Arora, a confié à la Voix de l’Amérique (VOA) que les politiques gouvernementales n’aident pas les industries du textile locales à tenir tête aux importations chinoises. Notamment parce que le coût de l’énergie représente 20 % du coût de fabrication, contre 12 % sur les marchés internationaux.

Si l’on veut que le secteur prenne son essor pour atteindre 1 milliard de dollars d'exportations au cours des cinq prochaines années, le gouvernement doit réduire le coût de l'énergie et le coût de fonctionnement des entreprises au Kenya, a-t-il ajouté.
XS
SM
MD
LG