Liens d'accessibilité

Les forces Sangaris à Kaga Bandoro


Des voitures attaquées à Bangui (Nick Long/VOA)

Des voitures attaquées à Bangui (Nick Long/VOA)

La population a laissé exploser sa joie suite à l’arrivée lundi des forces françaises dans la ville. Plusieurs familles qui avaient fui en brousse commencent à revenir.

Pour la population, l’arrivée des forces françaises Sangaris dans la ville a été vécue comme soulagement. Pris en étau entre les ex-seleka et les anti-balaka, les habitants espèrent un désarmement assez rapide de ces deux groupes.

Cependant, le commandement de l’opération Sangaris n’a pas encore donné des indications exactes sur la mission des soldats français sur place.

Selon une source locale, depuis mardi matin, les centaines de familles qui s’étaient réfugiées en brousse et à l’église catholique commencent à regagner leurs maisons.

A Bangui, par contre, la tension est toujours palpable au PK 5 et dans une partie du 5e arrondissement.

Un soldat de l’ancienne Seleka, basé au camp Beal, a été retrouvé grièvement blessé dans la matinée vers Yassimandji. On ignore encore les circonstances au cours desquelles l’homme a été agressé, mais ses chefs imputent l’action aux anti-balaka.

C’est dans ce contexte que la commission d’enquête de l’ONU est arrivée en fin d’après-midi dans la capitale centrafricaine. Elle enquêtera sur les graves violations des droits de l’homme afin de traduire les auteurs en justice.
XS
SM
MD
LG