Liens d'accessibilité

Les forces libyennes prennent au groupe Etat islamique de nouvelles positions à Syrte


Les forces libyennes alliées à l'ONU sont en plein combat à Syrte, Libye, le 21 juillet 2016.

Les forces libyennes alliées à l'ONU sont en plein combat à Syrte, Libye, le 21 juillet 2016.

Les forces gouvernementales libyennes ont avancé dans le centre de Syrte, prenant de nouvelles positions aux jihadistes du groupe Etat islamique (EI), mais ceux-ci résistaient encore dans leurs derniers retranchements, a indiqué lundi le centre de presse de ces forces.

"Nos forces ont pris le quartier al-Naga et un ancien bâtiment de la Sécurité intérieure que l'EI utilisait comme prison", dans le centre de cette ville située à 450 km à l'est de Tripoli.

Cette "nouvelle victoire" a été remportée en dépit "d'une résistance désespérée des jihadistes", s'est réjoui le centre de presse dans son compte rendu des combats qui se sont déroulés dimanche.

"Nos forces ont détruit deux voitures piégées (...) sans pertes dans nos rangs" et "des positions de snipers ont été neutralisés par deux frappes" de l'armée de l'air américaine, selon le centre de presse.

D'après les informations du centre de presse, les combats se sont déroulés au sud du quartier résidentiel n°1 situé dans le nord de la ville en bord de mer, l'un des derniers, avec le quartier n°3, à ne pas encore été"libéré".

Ces combats ont fait au moins 12 morts et 85 blessés au sein des forces loyalistes, selon des sources médicales de l'hôpital de Misrata, ville située à 200 kilomètres à l'est de Tripoli, où est basé le centre de commandement des forces progouvernementales.

Le bilan des pertes chez les jihadistes n'est pas connu.

Le gouvernement libyen d'union nationale a lancé le 12 mai une offensive pour reprendre aux jihadistes de l'EI leur fief de Syrte, ville côtière du centre-nord de la Libye. Elles sont entrées dans la ville le 9 juin.

Les forces du GNA sont soutenues par des frappes américaines - 65 frappes jusqu'au 19 août selon le centre de commandement forces américaines en Afrique (AFRICOM) - depuis le début de l'opération le 1er août.

Il y a quelques mois, avant l'offensive de Syrte, des sources françaises et américaines, faisaient état de 5.000 et 7.000 jihadistes de l'EI dans toute la Libye.

Mi-août, le porte-parole adjoint du Pentagone, Gordon Trowbridge, a estimé qu'il restait "quelques centaines de jihadistes à Syrte" et à peine "1.000 à quelques milliers" dans toute la Libye.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG