Liens d'accessibilité

La bataille de Mossoul aura bientôt lieu


Un combattant du groupe Etat islamique à Mossoul, le 23 juin 2014.

Un combattant du groupe Etat islamique à Mossoul, le 23 juin 2014.

Les forces irakiennes seront techniquement prêtes début octobre pour reprendre Mossoul au groupe Etat islamique, selon le chef d'état-major interarmées américain, le général Joseph Dunford.

"Le lancement de l'opération est désormais vraiment une décision politique du Premier ministre irakien Haider al-Abadi", a estimé le général Dunford lors d'une conférence à Washington.

Mossoul est la seconde ville d'Irak et le dernier grand bastion des djihadistes dans le pays. C'est à Mossoul que le groupe Etat islamique avait annoncé son "califat" en 2014.

"Nous estimons aujourd'hui que les Irakiens auront dès début octobre toutes les forces mobilisées, entraînées, déployées, qui sont nécessaires pour les opérations à Mossoul", a expliqué le général Dunford.

"Nous serons prêts à fournir tous les soutiens, tous les renforts qui seront nécessaires à ces forces pour la victoire", a-t-il ajouté.

Les forces irakiennes ont déjà reconquis plusieurs localités en préparation de l'offensive de Mossoul.

Mais la situation politique en Irak, les conflits interconfessionnels et l'implication iranienne "compliquent" la progression des troupes irakiennes, a expliqué le général Dunford.

La question de l'implication des milices chiites dans les forces irakiennes notamment a ralenti leur progression, les autorités craignant de s'aliéner la population majoritairement sunnite de la région.

Le président Obama avait indiqué lundi à New York, après une rencontre avec le Premier ministre Abadi, que l'offensive sur Mossoul était possible "assez rapidement".

"Cela va être une dure bataille, Mossoul est une grande ville", a-t-il cependant averti.

L'ONU a prévenu qu'une opération militaire contre Mossoul pourrait provoquer le déplacement de jusqu'à un million de personnes.

A la faveur d'une offensive fulgurante en 2014, l'EI s'était emparée de larges pans du territoire irakien.

Mais les djihadistes ont perdu depuis du terrain face aux offensives des forces irakiennes, soutenues par une coalition internationale menée par les Etats-Unis qui a fourni raids aériens, conseillers et formateurs militaires, et équipement et armements.

Avec Afp

XS
SM
MD
LG