Liens d'accessibilité

Les États-Unis, très préoccupés par les récents combats au Soudan du Sud


Les Etats-Unis ont évacué plusieurs groupes de ressortissants américains du Soudan du Sud, a fait savoir Marie Harf

Les Etats-Unis ont évacué plusieurs groupes de ressortissants américains du Soudan du Sud, a fait savoir Marie Harf

Les États-Unis se sont déclarés « profondément préoccupés » par les récents combats au Soudan du Sud. « Nous appelons les dirigeants politiques du pays à s'abstenir de toute action qui pourrait aggraver une situation déjà tendue, ou alimenter la violence. Il est absolument essentiel que les différences politiques soient résolues par des moyens pacifiques et démocratiques » a déclaré une porte-parole du département d’Etat américain, Marie Harf.

Les combats au Soudan du Sud se sont propagés au-delà de la capitale, Juba, où les affrontements ont commencé dimanche suite à ce que le gouvernement a qualifié de tentative de coup d'Etat. Les Nations Unies (ONU) signalaient de violents affrontements dans la ville de Bor mercredi matin qui ont duré environ quatre heures avant de diminuer en intensité.

Les Etats-Unis ont évacué plusieurs groupes de ressortissants américains du Soudan du Sud, a fait savoir le département d’Etat. Il s’agissait de personnel non essentiel de la mission américaine dans le pays, d'Américains et de ressortissants de pays tiers.

« Nous continuons d'exhorter les citoyens américains à quitter le Soudan du Sud », a poursuivi Mme Harf, et Washington va oeuvrer à organiser les transports nécessaires pour répondre à la demande, tout en tenant compte des conditions de sécurité et de la disponibilité des vols commerciaux réguliers.

L'ambassadrice des Etats-Unis au Soudan du Sud, Susan D. Page, a rencontré le président Salva Kiir à Juba mercredi pour discuter des préoccupations de Washington concernant les violences, le nombre croissant de morts, et les défis humanitaires, a poursuivi Mme Harf. M. Page aurait évoqué l'arrestation de plusieurs membres de l'opposition et aurait appelé le gouvernement à s'assurer que leurs droits sont protégés, conformément à la Constitution et aux lois du Soudan du Sud, et aux nomes humanitaires et de droit international.

M. Kiir a accusé son ancien vice-président, Riek Machar, d’être le cerveau d'une tentative de coup d'Etat présumé. M. Machar avait été remercié en juillet. Des observateurs disent redouter que le différend entre M. Machar, qui appartient à l'ethnie Nuer, et M. Kiir, un Dinka, puisse alimenter la violence tribale à travers le Soudan du Sud.
XS
SM
MD
LG