Liens d'accessibilité

Les Etats-Unis sont la "principale menace" pour les Chinois


Le président américain Barack Obama, à droite, reçoit son homologue chinois, Xi Jinping au bureau ovale de la Maison blanche, Washington DC, 14 février 2012

Le président américain Barack Obama, à droite, reçoit son homologue chinois, Xi Jinping au bureau ovale de la Maison blanche, Washington DC, 14 février 2012

Les Chinois considèrent les Etats-Unis comme la "principale menace" visant leur pays et 52% d'entre eux soupçonnent l'Amérique de vouloir "empêcher la Chine de devenir aussi puissante" qu'elle, montre un sondage publié mercredi.

Pour 45% des personnes interrogées, "la puissance et l'influence américaines" constituent une "menace majeure", loin devant l'instabilité économique mondiale (35%), le changement climatique (34%), le groupe Etat islamique (15%) et la crise des migrants (14%), selon l'institut américain Pew Research Center.

Les sondés ont cependant une vision contrastée des Etats-Unis, 50% déclarant en avoir une "bonne opinion", le taux grimpant à 60% chez les 18-34 ans.

Cette étude est publiée à l'heure où Chinois et Américains sont à couteaux tirés en mer de Chine méridionale, où Pékin affirme depuis quelques années plus fermement ses revendications de souveraineté et où Washington entend contester la présence chinoise.

La plupart des Chinois (75%) estiment que leur pays "joue un rôle plus important qu'il y a 10 ans" sur la scène internationale.

A titre de comparaison, seuls 21% des Américains et 23% des habitants de l'Union européenne (UE) jugent leur nation plus forte, contre 68% des Indiens.

​Mais cette ouverture au monde suscite également l'inquiétude: l'écrasante majorité des Chinois (77%), héritiers d'une culture plusieurs fois millénaire, estiment que leur "mode de vie doit être protégé des influences étrangères", un chiffre en hausse de 13 points par rapport à 2002, souligne l'étude.

Et malgré le renforcement de l'influence diplomatique chinoise sur les dossiers nucléaires nord-coréen et iranien ou au Moyen-Orient, 56% des sondés pensent que la Chine doit d'abord "s'occuper de ses propres problèmes".

Principale préoccupation intérieure: la corruption du personnel politique, cible depuis l'arrivée au pouvoir du président Xi Jinping d'une campagne ayant entraîné l'arrestation d'innombrables cadres. Les Chinois voient dans cette corruption un "assez gros problème" (34%), voire un "très gros problème" (49%).

Le fossé riches-pauvres, contrecoup de l'éclatante croissance économique des dernières décennies, est également cité comme un "problème" par 77% des sondés.

Parmi les autres sources d'inquiétude: la sécurité des aliments et des médicaments (74%), la hausse des prix (74%), l'achat d'un logement, ou encore la pollution de l'air (70%), que la moitié des Chinois appellent à réduire "même si cela est synonyme de croissance économique plus faible".

Le sondage a été réalisé en Chine du 6 avril au 8 mai 2016, sur la base d'entretiens avec 3.154 personnes âgées de plus de 18 ans.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG