Liens d'accessibilité

Les enfants africains, toujours mal protégés contre la violence


Un enfant-soldat en Centrafrique (Reuters)

Un enfant-soldat en Centrafrique (Reuters)

Les progrès sont entravés par la faiblesse de la mise en application des textes juridiques, et la persistance des pratiques néfastes

Les enfants africains continuent de subir des niveaux élevés de violence physique, sexuelle et psychologique à tous les niveaux de la société, selon un nouveau rapport de l'ONU et de l'Union africaine (UA) publié mercredi.

« Le rapport africain sur la violence à l'encontre des enfants »est le premier de la sorte, a fait valoir la Représentante spéciale du Secrétaire général sur la violence à l'encontre des enfants, Marta Santos Pais.

Certes, les pays africains ont beaucoup œuvré pour mieux protéger les enfants, la plupart ratifiant divers instruments internationaux et régionaux sur les droits des enfants. Nombre de pays du continent ont également « mis en place des cadres politique et législatif importants pour incorporer la violence à l'encontre des enfants au sein des programmes de développement », souligne le Centre d’Actualités de l’ONU.

« Les punitions corporelles ont été interdites au Kenya, en Tunisie, au Soudan du Sud et au Togo. Tous les pays africains ont des dispositions juridiques criminalisant la violence, les abus et l'exploitation sexuelles », ajoute le centre. Mais il note que les progrès sont entravés par la faiblesse de la mise en application des textes, et la persistance des pratiques néfastes

Les auteurs du rapport ont recommandé la mise en œuvre « d’une campagne panafricaine pour changer les attitudes et les comportements qui ferment les yeux sur la violence à l'encontre les enfants dans la société africaine », ajoute le Centre d’actualités de l’ONU.


XS
SM
MD
LG