Liens d'accessibilité

Les déchets électroniques, discutés à Genève


(Reuters)

(Reuters)

Les déchets électroniques sont au centre des préoccupations du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et de la réunion de Genève.

Poursuite à Genève d’une réunion des Etats parties aux Conventions de Bâle, Stockholm et Rotterdam. But de la rencontre, qui s'est ouverte lundi : discuter de la gestion des produits chimiques et déchets dangereux, notamment de l'amiante, des herbicides et des déchets électroniques, signale le Centre d’actualités de l’ONU.

La réunion, qui rassemble environ 1.500 participants de 180 pays, représentants de gouvernements, d’ONGs, de l'industrie, de la société civile, et d'organisations internationales, durera deux semaines.

Les participants à la rencontre de Genève vont examiner la gestion des exportations de téléphones portables usagés en provenance des pays industrialisés et leur transformation dans les pays en développement, souvent dans des conditions dangereuses pour l'environnement et les populations locales.

Le Secrétaire exécutif des Conventions de Bâle, Rotterdam et Stockholm, Rolph Payet, évoque une crise invisible, voire silencieuse, qu'il s'agisse des fours à micro-ondes, des machines à laver, des souris d'ordinateurs ou encore des piles jetées à la poubelle. D'après lui, il y a eu 41,8 millions de tonnes de déchets électroniques en 2014.

La réunion de Genève devrait permettre de « déterminer à partir de quand un équipement électronique devient un déchet ». On s'attend également à l'adoption de nouvelles lignes directrices visant à optimiser le cycle de vie des déchets électroniques et leur élimination.

(Avec AFP et le Centre d'actualités de l'ONU)

XS
SM
MD
LG