Liens d'accessibilité

RDC: les chefs religieux exigent un consensus sur le calendrier électoral


Le Congolais Laurent Monsengwo Pasinya fait cardinal le 20 novembre 2010 par Benoit XVI qui était encore pape à l’époque.

Le Congolais Laurent Monsengwo Pasinya fait cardinal le 20 novembre 2010 par Benoit XVI qui était encore pape à l’époque.

Le président Joseph Kabila les a reçus lundi à Kinshasa dans le cadre des consultations en vue d’un dialogue national.

Le représentant de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Catholique), l'abbé Léonard Santedi a indiqué, après la rencontre avec le président Joseph Kabila, que les évêques étaient unanimes à réclamer un consensus sur le calendrier électoral.

L’opposition dont une partie refuse de prendre part au dialogue initié par Joseph Kabila, avait, dans son ensemble, rejeté le calendrier électoral de la Commission nationale électorale indépendante (Céni) et en avait proposé un autre.

"Tout dialogue doit se faire dans le respect (...) de la Constitution et surtout des délais constitutionnels en ce qui concerne l'organisation des scrutins", et il faut créer un "climat de confiance" nécessaire pour "réussir le processus électoral", a insisté l'abbé Santedi.

L’opposition accuse le président Kabila de manœuvrer en vue de se maintenir au pouvoir ou d’imposer un troisième mandat alors qu’il en a déjà accompli deux à la tête du pays et que la Constitution en fixe justement la limite à deux.

Le chef de l’Eglise protestante, Mgr Marini Bodo, a, lui aussi, confirmé que le dialogue tournait autour du calendrier des élections.

La Céni vient de prolonger l’enregistrement des candidatures pour les élections locales que l’opposition boycotte dans sa grande majorité.

Le président Kabila prévoit de recevoir mardi l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo dont les prises de position pèsent dans l’opinion nationale congolaise.

XS
SM
MD
LG