Liens d'accessibilité

Cruz et Kasich unissent leurs forces pour tenter de barrer la route à Trump


Le candidat républicain à la Maison-Blanche Donald Trump à Bridgeport, Connecticut, 23 avril 2016.

Le candidat républicain à la Maison-Blanche Donald Trump à Bridgeport, Connecticut, 23 avril 2016.

Les candidats républicains Ted Curz et John Kasich vont mettre leurs efforts en commun pour stopper la nomination de Donald Trump à l'investiture républicaine à la présidentielle.

Les candidats républicains Ted Cruz et John Kasich ont décidé d'unir leurs forces pour tenter de barrer à leur rival Donal Trump l'accès à l'investiture républicaine à la présidentielle, ont annoncé dimanche les responsables de leurs campagnes.

Après en avoir discuté avec l'équipe de Kasich, nous avons pris une décision sur l'allocation de nos ressources", a justifié Ted Cruz, en campagne dans l'Indiana. "Je n'ai aucun doute que Donald Trump va crier, hurler, jurer et probablement pleurer et geindre. Donald est comme ça".

"Nos moyens ne sont pas illimités, nous allons gérer intelligemment nos ressources, il me semble logique de me concentrer sur les zones où je peux dépenser le plus efficacement possible, et c'est pareil pour le sénateur Cruz. Quel est le problème?" a justifié John Kasich à Philadelphie.

Cette alliance intervient alors que le milliardaire provocateur est désormais le seul des trois candidats républicains à pouvoir atteindre le nombre de délégués nécessaires pour devenir le candidat du parti à la présidentielle de novembre.

La campagne du sénateur ultra-conserverteur Ted Cruz, va désormais se concentrer sur l'Indiana, a annoncé Jeff Roe, son directeur de campagne, et "rendre la voie libre" au gouverneur de l'Ohio John Kasich dans l'Oregon et le Nouveau-Mexique.

L'état-major de campagne de M. Kasich a publié un communiqué similaire. "Notre but est d'avoir une convention ouverte à Cleveland", a déclaré John Weaver, directeur de campagne de John Kasich.

"Tous deux savent que le meilleur moyen d'empêcher Trump de décrocher la nomination est de faire équipe pour lui bloquer la route (...). Mais c'est peut-être trop tard", a estimé le site Politico.

"Wow, on vient juste d'annoncer que Ted le menteur et Kasich vont s'unir pour tenter de m'empêcher d'accéder à l'investiture républicaine. DESESPOIR!", a réagi sur Twitter Donald Trump.

"C'est de la collusion, en affaires ou en bourse, si vous êtes pris pour des faits de collusion, vous finissez en prison, mais pas en politique, parce que le système est truqué", a-t-il dit lors d'un meeting à Warwick, dans le Rhode Island. "Mais ça m'a fait plaisir, car ça nous montre qu'ils sont faibles et pathétiques".

La semaine dernière, M. Trump l'avait emporté à New York avec 60,5% des suffrages, contre 25,1% à John Kasich et 14,5% à Ted Cruz, son principal rival.

Mais il est encore loin de la majorité absolue de 1.237 délégués.

Plusieurs figures influentes du parti, comme Mitt Romney, se sont jointes à un mouvement contre Trump, qui pourrait bénéficier au sénateur du Texas Ted Cruz.

Selon M. Cruz, Donald Trump "nous a menti" et se fait passer pour un conservateur afin "de tromper les électeurs crédules".

Juste avant cinq primaires cruciales mardi, le milliardaire s'est déchaîné contre Ted Cruz, l'accusant de "soudoyer" des délégués.

M. Trump figure en tête des sondages dans les cinq Etats qui votent mardi: Connecticut, Delaware, Maryland, Pennsylvanie et Rhode Island.

La candidate démocrate Hillary Clinton devrait pour sa part creuser son avance mardi sur son rival Bernie Sanders.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG