Liens d'accessibilité

Les Cabindais toujours en quête de leur autonomie et de leur identité


André Patrick Tchissambou, Secrétaire général du Front de Libération du Cabinda (FLEC).

André Patrick Tchissambou, Secrétaire général du Front de Libération du Cabinda (FLEC).

Les cabindais nourrissent encore le rêve d’être indépendants de l’Angola sur les plans politique, administratif, économique, culturel et social ; plus de 40 ans après l’annexion de leur territoire à l’Angola.

"Nous [Cabindais] aspirons à la liberté, à la dignité, à la démocratie, et à notre identité cabindaise.", déclare à VOA Afrique André Patrick Tchissambou, Secrétaire général du Front de Libération de l'Enclave du Cabinda (FLEC).

Pour cela, il demande au gouvernement de Luanda de se conformer à la déclaration des Nations Unies relative aux droits des peuples autochtones à l’autodétermination, "c’est-à-dire le droit d’un peuple de disposer de lui-même, de s’organiser administrativement, politiquement, culturellement, économiquement et socialement sur son territoire ", explique-t-il à VOA Afrique.

Cette autonomie est difficile à obtenir d’autant plus que l’Enclave du Cabinda, située entre les deux Congo, produit 60% du pétrole de l'Angola, deuxième producteur d'Afrique derrière le Nigeria. Malheureusement, la majorité de ses 400.000 habitants vit dans la pauvreté.

Leader dans cette revendication Le Front de Libération de l’Enclave du Cabinda (FLEC), ne baisse pas les bras, même si ses membres sont, selon accuse André Patrick Tchissambou, régulièrement victimes d’assassinats.

André Patrick Tchissambou raconte à VOA Afrique que depuis 2011 des commandos non identifiés, procèderaient, contre des Cabindais résidant à Pointe-Noire, en République du Congo, à des enlèvements, tortures et assassinats.

Parmi les victimes de ces exactions se trouvent Gariel Nemba Pirlompo, Moricio Lubota Sabata, Zuao Alberto, David Zahu, Sebastien Mazunga…

"C’est toujours à partir de Pointe-Noire que ces personnes sont enlevées, torturés et tués", insiste tristement André Patrick Tchissambou.

La dernière victime, Jean Baptiste Nguimbi, connu sous le pseudonyme de ‘Sans Famille’ "a été retrouvée le 17 Septembre 2016 par l’armée congolaise au bord de la rivière Tchilongo à Pointe-Noire, en République du Congo", explique-t-il à VOA Afrique.

Quelques jours plus tôt, un commando non identifié l’avait enlevé dans la ville congolaise où il vivait avec sa femme et ses enfants. Ni les circonstances ni les raisons de ces crimes ne sont connues.

A qui profitent les crimes ? "Certains Cabindais accusent l’armée angolaise", avance le Secrétaire Général du FLEC, qui affirme, confiant et déterminé : "les menaces ou les séquestrations ne peuvent pas nous ôter note volonté ou notre détermination". Car l’autodétermination du Cabinda, il y croit dur comme fer, vu qu’ "elle ne dépend que de la volonté des hommes", confie-t-il à VOA Afrique. Par ailleurs, pour se donner plus de chance, le FLEC a aussi entrepris des démarches pour sortir le Cabinda de son isolement politique et diplomatique.

Il demande un dialogue inclusif avec toutes les autorités politiques et civiles de l’Angola et du Cabinda, quelle que soit leur opinion sur la question, sans oublier la communauté internationale, pour "essayer de trouver une solution au conflit [de l’annexion du Cabinda a l’Angola] qui a fait déjà [et fait toujours] couler beaucoup d’encre et de larmes", espère André Patrick Tchissambou, très optimiste.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG