Liens d'accessibilité

Les Awacs de l'Otan pour la première fois en soutien de la coalition contre le groupe Etat islamique


Des forces irakiennes arrivent sur Mossoul, en Irak, le 24 octobre 2016.

Des forces irakiennes arrivent sur Mossoul, en Irak, le 24 octobre 2016.

L'Otan a fait voler pour la première fois la semaine dernière ses avions de surveillance Awacs en soutien à la coalition internationale contre les jihadistes, a annoncé à Bruxelles le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg.

Le principe de ce soutien en moyens de surveillance aérienne avait été approuvé formellement par les 28 pays membres de l'Otan lors du sommet de Varsovie en juillet dernier.

"Je peux vous annoncer que le premier vol d'Awacs de l'Otan en soutien à la coalition anti-EI a eu lieu la semaine dernière, le 20 octobre", a déclaré M. Stoltenberg, à la veille d'une réunion des ministres de la Défense de l'Alliance à son QG bruxellois.

"Il va y avoir plusieurs vols (...) nous allons probablement augmenter leur nombre", a-t-il précisé.

Le vol de la semaine dernière a décollé de la base de Konya en Turquie, selon un responsable de l'Otan qui n'a pas donné plus de précisions.

Le chef de l'Otan a souligné l'importance pour la coalition d'avoir de "meilleures images aériennes", étant donné "la difficulté de la situation" en Syrie et en Irak.

Ces avions Awacs comptent parmi les rares équipements que l'Otan a directement à sa disposition, alors que la majeure partie du matériel militaire de l'Alliance est la propriété des Etats membres.

Ces appareils sont dotés de puissants radars qui leur permettent de surveiller l'espace aérien dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres.

Ils peuvent aussi être convertis en postes de commandement pour coordonner des bombardements et d'autres opérations aériennes.

"Nous allons fournir un soutien en Awacs et le projet est de les faire voler dans l'espace aérien international et le ciel turc de manière à ce qu'ils puissent surveiller l'espace aérien de l'Irak et de la Syrie", avait expliqué M. Stoltenberg début juillet à Varsovie.

Mardi, Jens Stoltenbeg a souligné que l'Otan "accélérait" sa participation à la lutte contre l'Etat islamique.

Après la formation de centaines d'officiers irakiens sur le sol jordanien, l'Alliance s'apprête dans les prochains mois à encadrer des entraînements de troupes irakiennes en Irak même.

"Il y aura huit formateurs de l'Otan en Irak dès janvier 2017", a indiqué une source européenne au sein de l'Alliance.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG