Liens d'accessibilité

Les anciens combattants menacent de voter pour l'opposition au Zimbabwe


Douglas Mahiya, le secrétaire des anciens combattants du Zimbabwe escorté par des détectives alors qu'il arrive à la cour de Harare, Zimbabwe, 29 juillet 2016.

"Nous ne seront pas préoccupés par l'affiliation politique, nous voulons des personnes compétentes", a déclaré dans une réunion publique Chris Mutsvangwa, président de l'association des anciens combattants de la guerre d'indépendance des années 1970.

Des anciens combattants de la guerre d'indépendance au Zimbabwe, soutiens du président Robert Mugabe dans le passé, ont annoncé jeudi qu'ils choisiront des candidats "compétents" même issus de l'opposition à la présidentielle prévue en 2018.

"Nous ne pouvons pas être gouvernés par un parti (la Zanu-PF de Mugabe) qui n'est pas démocratique", a déclaré Mutsvangwa, en présence de centaines d'anciens combattants.

L'an dernier, plusieurs anciens combattants avaient été arrêtés après avoir publié un communiqué dénonçant le régime "dictatorial" de Mugabe, et appelant à sa démission.

La réunion de jeudi avait d'abord été interdite par la police avant d'être autorisée par la Haute Cour de justice d'Harare.

La prochaine présidentielle doit se tenir en 2018 au Zimbabwe. Au pouvoir depuis 1980, Robert Mugabe, qui vient de fêter ses 93 ans, a déjà été investi par son parti pour briguer un nouveau mandat.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG