Liens d'accessibilité

Les Américains veulent augmenter leur soutien aux Irakiens pour reprendre Mossoul


Le secrétaire à la défense Ash Carter, et le chef d'Etat-major inter-armes, le général Joseph Dunford, Pentagone, Washington, le 29 février 2016 . REUTERS/Yuri Gripas -

Le secrétaire à la défense Ash Carter, et le chef d'Etat-major inter-armes, le général Joseph Dunford, Pentagone, Washington, le 29 février 2016 . REUTERS/Yuri Gripas -

"Nous prévoyons d'en faire plus, à la fois en terme de volume et en terme de types d'activités" militaires, a expliqué le secrétaire à la Défense lors d'une conférence de presse au Pentagone avec le chef d'état-major inter-armes, Joe Dunford.

Les militaires américains travaillent en ce moment avec les militaires irakiens pour voir comment ils peuvent contribuer à "accélérer" la campagne pour reprendre Mossoul, la deuxième ville irakienne aux mains des islamistes radicaux depuis la mi-2014, a expliqué de son côté le général Dunford.

Tirant les leçons de la prise de Ramadi par les forces irakiennes fin décembre, les militaires américains proposent notamment de renforcer leur soutien logistique aux forces irakiennes, qui devront se battre près de 400 kilomètres de Bagdad.

Les militaires américains proposent également à Bagdad des capacités "déjà offertes" au moment de la bataille de Ramadi, mais finalement non utilisées, a indiqué M. Carter.

A l'époque, les Américains avaient proposé de faire intervenir leurs hélicoptères d'attaque Apache, et de mettre des conseillers militaires plus près de la ligne de front.

Mais le gouvernement irakien n'avait pas donné suite, soumis notamment à la pression des puissantes milices chiites qui voient d'un mauvais oeil le renforcement de la présence américaine en Irak.

Les Etats-Unis comptent aujourd'hui près de 3.900 militaires en Irak, qui se consacrent essentiellement à des tâches de conseil et de formation.

"Les opérations contre Mossoul ont déjà commencé" a indiqué le général Dunford.

"En d'autres mots, nous sommes en ce moment même en train d'isoler la ville, et c'est la même chose pour Raqa", la capitale auto-proclamée des djihadistes en Syrie, a-t-il dit.

L'offensive de Mossoul "ne relève pas d'un futur très très lointain", a-t-il dit.

La reprise de Mossoul et Raqa sont les deux principaux objectifs à venir de la coalition contre le groupe Etat islamique menée par les Etats-Unis.

M. Carter et le général Dunford ont également indiqué lundi que les forces américaines employaient des armes informatiques pour perturber le fonctionnement de l'EI.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG