Liens d'accessibilité

Les "agresseurs" au ketchup d'Atoki Ileka condamnés à des amendes


Atoki Ileka

Atoki Ileka

Quatre opposants au régime congolais, qui avaient aspergé de ketchup l'ambassadeur de leur pays à Paris après la découverte près de Kinshasa d'une fosse commune contenant selon eux des corps de manifestants, ont été condamnés jeudi à 800 euros d'amende.

Une cinquième personne dont le casier judiciaire était vierge a pour sa part été condamnée à 800 euros d'amende avec sursis. Les cinq condamnés, quatre hommes et une femme, devront en outre verser 3.500 euros à l'ambassadeur de la République démocratique du Congo (RDC), Atoki Ileka, en réparation du préjudice moral subi.

"C'est une satisfaction que le statut de victime de M. Ileka soit reconnu, même si les peines sont symboliques et ne sont pas dissuasives", a réagi Me Mohamed Touré, avocat de la RDC et de l'ambassadeur.

Le 8 avril, le groupe, qui avait filmé son action et posté la vidéo sur internet, s'était introduit dans l'ambassade de la RDC à Paris et avait aspergé M. Ileka de sauce tomate après avoir déchiré des portraits du président Joseph Kabila et décroché des drapeaux.

Ils avaient expliqué s'en être pris à "des symboles" pour dénoncer la découverte près de Kinshasa d'une fosse commune dans laquelle ont été retrouvés début avril quelque 450 corps. Selon eux, certains de ces cadavres sont ceux de personnes tuées fin janvier lors de manifestations violentes contre un projet de révision de la loi électorale.

Les autorités, qui ont démenti les accusations, ont assuré que la fosse contenait 421 corps, principalement des mort-nés et des indigents, enterrés là le 19 mars pour désengorger la morgue générale de la capitale.

L'Union européenne a demandé l'ouverture d'une enquête "urgente et transparente" afin de lever les interrogations.

A la barre les opposants avaient raconté avoir agi pour alerter "la communauté internationale et les médias de ce qui se passe en République démocratique du Congo".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG