Liens d'accessibilité

Les 10 responsables de l'EI tués en décembre selon le Pentagone


Le Pentagone, près de Washington

Le Pentagone, près de Washington

Voici la liste des dix responsables du groupe Etat islamique (EI), au premier rang desquels figure le Français Charaffe El Mouadan, tués en décembre dans des frappes menées par la coalition internationale en Irak et en Syrie, selon le Pentagone

Charaffe El Mouadan, 26 ans, avait un lien "direct" avec les auteurs des attaques du 13 novembre à Paris (130 morts et 350 blessés). Il a été tué le 24 décembre dans une frappe de la coalition anti-EI menée par les Etats-Unis, a annoncé mardi le colonel Steve Warren, porte-parole militaire américain basé à Bagdad.

Selon lui, ce membre de l'EI basé en Syrie avait un lien direct avec Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats de Paris.

Abaaoud a lui-même été tué le 18 novembre lors d'un assaut de la police française dans un appartement où il s'était réfugié.

Les neuf autres responsables de l'EI tués en décembre, selon le colonel Warren:

-- Abdel Kader Hakim, "organisateur d'opérations extérieures", tué à Mossoul en Irak le 26 décembre. Selon le colonel Warren, il s'agissait d'un combattant vétéran, spécialiste des faux papiers, qui aurait eu un lien avec les attentats de Paris. "Sa mort élimine un organisateur important, qui disposait de beaucoup de contacts en Europe", a-t-il dit.

-- Seif al-Haq Soujan, originaire du Bangladesh, éduqué en Grande-Bretagne et supposé "hacker" informatique de l'EI. Il a été tué le 10 décembre près de Raqa, capitale de facto du groupe jihadiste dans le nord de la Syrie.

-- Rawand Taher, un "organisateur d'opérations extérieures", tué près de Raqa. Il est originaire d'Irak, possède la nationalité danoise et est détenteur d'un diplôme d'ingénieur mécanique selon l'expert irakien des mouvements jihadistes, Hicham al-Hachimi.

-- Khalil Ahmad Ali al-Wais, "émir de la province de Kirkouk" (nord-est de l'Irak). Il est considéré comme l'un des cinq plus importants responsables de l'EI selon M. Hachimi.

-- Abou Anas, un "expert dans la confection de bombes au bord des routes". Il a été tué près de Kirkouk.

-- Younes Kallach, "émir financier adjoint" de l'EI à Mossoul (nord de l'Irak).

-- Mithaq Najem, "émir adjoint" de l'EI dans la province de Kirkouk.

-- Akram Mohammad Saad Fares, un "commandant et exécutant" à Tal Afar (nord de l'Irak). Il était "l'émir de l'organe suprême" en charge de fixer le code religieux à respecter dans les zones sous contrôle de l'EI, selon M. Hachimi.

-- Tahsin al-Hayali, un "organisateur d'opérations externes", tué près de Mossoul. Il était également responsable du recrutement au sein de l'organisation jihadiste, selon M. Hachimi.

Après des mois de préparation, l'armée irakienne a déclaré lundi la ville de Ramadi, à 100 km à l'ouest de Bagdad, libérée du groupe EI. Le colonel Warren a attribué une partie de ce succès à la mort de ces 10 dirigeants de l'EI: "Nous frappons la tête du serpent, mais il a encore des crocs".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG