Liens d'accessibilité

Le Nigeria va interroger au Cameroun la kamikaze qui dit avoir été enlevée à Chibok


Le parc Unity Fountain à Abuja, le 7 mars 2016. (VOA/Nicolas Pinault)

Le parc Unity Fountain à Abuja, le 7 mars 2016. (VOA/Nicolas Pinault)

Le Nigeria va envoyer lundi une délégation pour rencontrer les deux jeunes kamikazes arrêtées dans l'Extrême-Nord du pays, dont l'une affirme faire partie des 276 lycéennes enlevées en avril 2014 par Boko Haram

Cette délégation se rendra à Yaoundé pour "vérifier si la kamikaze arrêtée dans l'Etat de Borno vendredi est une des lycéennes enlevées à Chibok il y a près de deux ans," a déclaré Garba Shehu, le porte-parole du président nigérian Muhammadu Buhari, dans un communiqué diffusé samedi soir.

La jeune femme en question a été arrêtée avec une autre aspirante kamikaze vendredi au Cameroun dans la région de l'Extrême-Nord, frontalière du Nigeria. Elles portaient chacune une ceinture de 12 kg d'explosifs.

Le 14 avril 2014, 276 jeunes filles avaient été enlevées par Boko Haram alors qu'elles se préparaient à passer des examens scolaires, à Chibok, dans l'Etat de Borno, berceau du groupe islamiste.

Cinquante-sept d'entre elles ont réussi à s'échapper dans les heures et les jours qui ont suivi leur rapt, qui avait provoqué une vague d'indignation internationale.

Mais, près de deux ans après leur enlèvement, on est toujours sans nouvelles des 219 autres captives, et l'enquête ne semble pas progresser.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG