Liens d'accessibilité

L’élimination de la rougeole, compromise selon l’OMS


Une file d'attente à Bangui, en Centrafrique, pour se faire vacciner contre la rougeole (AP)

Une file d'attente à Bangui, en Centrafrique, pour se faire vacciner contre la rougeole (AP)

Selon le Dr Robert Perry de l'OMS, les conflits ont un impact désastreux, car ils entravent ou paralysent les programmes de vaccination.

Avertissement de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) : l’agence onusienne a prévenu jeudi que les progrès accomplis vers l'élimination de la rougeole sont au point mort et que le nombre de décès dus à la maladie a augmenté en 2013.

« Des progrès insuffisants dans l'augmentation de la couverture par la vaccination anti-rougeoleuse se sont traduits par des flambées de grande ampleur de cette maladie très contagieuse, et le cap mis sur les objectifs d'élimination pour 2015 a été perdu », déclare le Dr Peter Strebel du Département vaccination, vaccins et produits biologiques de l'OMS.

La progression de la maladie en 2013 a été en grande partie due aux flambées survenues en Chine, en République démocratique du Congo (RDC) et au Nigéria, ajoute l’OMS. Mais d'autres flambées épidémiques ont également été signalées ailleurs dans le monde, notamment au Proche-Orient, en proie à des conflits et déplacements de population, et aussi au Pakistan et en Indonésie.

La rougeole est également réapparue en Géorgie, en Turquie et en Ukraine. En ce qui concerne l’Afrique, signale le Dr Robert Perry du Département vaccination, vaccins et produits biologiques de l'OMS, les conflits ont un impact désastreux, car ils entravent, et vont jusqu’à paralyser, les programmes de vaccination. C’est le cas dans le nord du Nigéria, notamment, a-t-il souligné. La Centrafrique a été mieux épargnée, la campagne de vaccination de 2013 ayant pu être menée, sauf dans certains secteurs où les combats faisaient rage.

XS
SM
MD
LG