Liens d'accessibilité

Législative au Pakistan : participation massive dans un climat de violence


A Pakistani paramilitary soldier checks voters before they enter a polling station to cast their ballots, in Karachi, Pakistan, May 11, 2013.

A Pakistani paramilitary soldier checks voters before they enter a polling station to cast their ballots, in Karachi, Pakistan, May 11, 2013.

Malgré le fort dispositif de sécurité, des incidents violents ont fait au moins 14 morts samedi.

Les électeurs votent depuis samedi matin lors d’une élection législative historique qui verra pour la première fois une transition démocratique.

Un journaliste de la VOA sur le terrain rapporte que la sécurité a été renforcée durant une bonne partie de la journée. Ces derniers jours, une série de manifestations violentes avaient émaillé les préparatifs de l'élection.

Malgré le fort dispositif de sécurité, quelques incidents violents ont fait au moins 14 morts samedi.

Un double attentat à la bombe à Karachi a tué au moins 10 personnes dans un bureau de campagne politique pour le Parti National Awami, l'un des partis visés par les attaques des talibans. Des fusillades dans la province du Baloutchistan (sud-ouest) ont fait au moins quatre autres morts.

Les observateurs ont constaté que la participation était massive dans les bureaux de vote à travers le pays.

Des paramilitaires montent la garde le long d'une route à l'extérieur du tribunal de district de la ville de Karachi le 10 mai 2013.

Des paramilitaires montent la garde le long d'une route à l'extérieur du tribunal de district de la ville de Karachi le 10 mai 2013.

Plus de 100 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées depuis fin avril dans des attaques perpétrées par des talibans cherchant à saper l'élection. Ces derniers avaient d’ailleurs mis en garde contre d’éventuels attentats-suicides le jour du scrutin.

Le politicien pakistanais et ancien joueur de cricket Imran Khan est à la tête du parti PTI, représentant un véritable challenge pour les deux parties qui ont longtemps dominé la vie politique pakistanaise.

Mais Khan, qui est populaire auprès des jeunes électeurs du Pakistan, a subi une chute cette semaine et est dans un hôpital, incapable de faire des apparitions publiques.

L'ancien Premier ministre Nawaz Sharif dirige la Ligue Musulmane du Pakistan, qui devrait prendre la majorité des voix lors de ces législatives.

Les sondages d'opinion indiquent que le Parti du Peuple Pakistanais (PPP, au pouvoir) est à la traîne de ses deux concurrents. Le membre le plus éminent du PPP est le président Asif Ali Zardari lui-même, veuf de l'ancien Premier ministre assassiné Benazir Bhutto.

272 sièges sont en jeu lors des élections législatives de ce samedi.
XS
SM
MD
LG