Liens d'accessibilité

Romario, la légende du foot brésilien retire sa candidature à la mairie de Rio


L'ancien attaquant du Brésil et sénateur Romário le 27 mai 2015.

L'ancien attaquant du Brésil et sénateur Romário le 27 mai 2015.

Romario, légende du foot brésilien et actuel sénateur du pays, a renoncé à se porter candidat à la mairie de Rio de Janeiro aux élections d'octobre, a confirmé jeudi à l'AFP son parti, le Parti socialiste brésilien (PSB).

"Il a renoncé, c'est une décision personnelle", a dit un porte-parole du parti, confirmant des informations parues dans la presse brésilienne.

De sources proches du PSB (centre-gauche), Romario en aurait informé le président du parti, Carlos Siqueira. Le PSB pourrait désormais décider de soutenir pour la succession d'Eduardo Paes (PMDB, centre-droit) soit l'évangélique Marcelo Crivella (PRB, droite), soit Alessandro Molon (Rede, centre).

Selon un sénateur de son parti, cité par le quotidien O Globo, il aurait justifié son abandon par des mauvais sondages.

Romario (50 ans), qui s'est distingué comme parlementaire pour sa lutte contre la corruption notamment dans le foot et pour le soutien aux handicapés, s'était déclaré candidat à la mairie de Rio le 20 juin.

Le 13 juin dernier, le procureur de la République a demandé à la Cour suprême d'enquêter sur Romario: Il aurait reçu 100.000 reais (26.000 euros) pour sa campagne électorale en 2014 de la part de l'entreprise Oderbrecht (entreprise de construction), impliquée dans le scandale Petrobras.

"Beaucoup de choses négatives sur ma conduite vont apparaître, mais je peux affirmer que je ne dois rien à personne. Je sais que ce sera une lutte difficile, mais ma vie n'a jamais été facile", avait commenté Romario, qui a été élevé dans la zone nord déshéritée de Rio.

Après une carrière à rallonge, marquée par le titre de champion du monde en 1994, l'ancien buteur du FC Barcelone et de la Seleçao (55 buts en 70 sélections) a été élu député en 2010 puis sénateur en 2014, sous l'étiquette du PSB.

En mai, Romario s'était prononcé en faveur de l'ouverture du procès de la présidente Dilma Rousseff dans la procédure de destitution. Il a depuis avancé qu'il réservait sa position sur le vote final du Sénat, prévu fin août.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG