Liens d'accessibilité

Le vote asiatique, appelé à jouer un rôle clé dans l'élection présidentielle aux Etats-Unis


Les préférences des électeurs asiatiques pour la campagne électorale en cours aux Etats-Unis

Les préférences des électeurs asiatiques pour la campagne électorale en cours aux Etats-Unis

Au plan démographique, les asiatiques-américains sont la minorité qui connait la croissance la plus rapide aux Etats-Unis. Historiquement, les politiciens ne leur ont pas tellement prêté attention, mais tout pourrait changer en novembre.

En effet, les sondages indiquent qu’après plusieurs mois de campagne, les deux principaux candidats à la Maison-Blanche, le président Barack Obama et son rival républicain Mitt Romney, sont au coude-à-coude. Et l’issue de la course pourrait être décidée par les électeurs de quelques Etats-pivot, tels que l’Ohio.

Dans cet Etat, précisément à Cleveland, Deborah Wang, une partisane de Barack Obama, s’est jointe à une séance de visionnage du dernier débat présidentiel. « Vous savez ce qui m’a surpris ? », demande-t-elle. « Pendant une seconde, j’ai senti que Romney était beaucoup plus cohérent, tout au moins lorsqu’il a commencé par dire que la Chine veut la stabilité dans le monde. Qu’elle ne veut pas la guerre. Les Chinois veulent un marché stable, où ils peuvent exporter leurs produits. Je hochais la tête, en me disant : ‘‘Oui, c’est tout à fait ce que la Chine veut’’ », déclare Mme Wang.

Cette Chinoise-Américaine fait partie de l’électorat croissant des Asiatiques-Américains. Selon un nouveau sondage d’opinion, cette communauté forme l’un des plus importants blocs d’indécis cette année.

Karthick Ramakrishman, qui aidé à organisé le sondage, affirme que les Asiatiques-Américains pourraient faire la différence le 6 novembre. « Nous avons constaté, dans les données collectées jusqu’à la mi-octobre, que plus du quart des électeurs asiatiques-américains sont indécis, soit trois fois la moyenne nationale », a-t-il dit, en précisant que ces électeurs penchent beaucoup plus vers Obama que Romney.

Pour M. Ramakrishman, les questions sociales et économiques jouent un rôle clé, tout comme la rhétorique politique. A ce propos, M. Romney a suscité une controverse en disant qu’il ferait pression sur la Chine pour qu’elle réévalue sa monnaie. « Dès mon premier jour au Bureau ovale, je qualifierai les Chinois de manipulateurs de monnaie, ce qui nous permettrait d’appliquer des taxes dans les secteurs où ils siphonnent nos emplois », a déclaré M. Romney lors du troisième débat face au président Obama.

Pour sa part, Me Wang fait valoir que la Chine est une proie facile dans cette campagne électorale parce que beaucoup d’Américains ne comprennent pas la situation dans ce pays, alors qu’ils sont frustrés par la situation économique aux Etats-Unis.

Raymond Lee, un autre Chinois-Américain, adopte une autre approche en disant que les questions économiques sont plus importantes que la politique étrangère. PDG d’une entreprise de fabrication de jus de fruit, cet habitant de l’Ohio soutient M. Romney parce que, selon lui, le candidat républicain comprend les défis auxquels font face les entrepreneurs américains.

« Tout comme Mitt, ou le gouverneur Romney, j’ai connu de nombreuses situations en conseillant des clients ou des entreprises. Je devais surmonter les difficultés tout en payant mes employés. Nous nous préoccupons des difficultés quotidiennes liées aux règles édictées par le gouvernement », explique M. Lee, qui dit avoir grandi dans un quartier pauvre, et avoir connu la discrimination, tant de la part des Blancs que des Noirs.
XS
SM
MD
LG