Liens d'accessibilité

Le vice-président zambien succède à Michael Sata


Guy Scott est le nouveau président par intérim de Zambie (Reuters)

Guy Scott est le nouveau président par intérim de Zambie (Reuters)

La nomination de Guy Scott a été annoncée par le ministre de la Défense. Edgar Lungu a également déclaré que la Zambie organisera une élection présidentielle dans les 90 jours.

Le vice-président zambien, Guy Scott, a été nommé président par intérim du pays, suite au décès du président Michael Sata à Londres, à l’âge de 77 ans, des suites d’une longue maladie.

La nomination de M. Scott a été annoncée par le ministre de la Défense, Edgar Lungu, à Lusaka, la capitale. Il a également déclaré que la Zambie organisera une élection présidentielle dans les 90 jours.

M. Scott devient le premier président blanc d'Afrique subsaharienne depuis l’élection de Frederik Willem de Klerk en Afrique du Sud en 1994. Il est âgé de 70 ans et est né en Zambie à l’époque où le pays était encore la Rhodésie du Nord (Northern Rhodesia), sous contrôle de la Grande-Bretagne.

En vertu de la Constitution, M. Scott ne peut pas rester président de façon permanente parce que ses parents ne sont pas nés en Zambie, pays qui a accédé à l’indépendance en 1964. Néanmoins, le gouvernement zambien a soumis la semaine dernière un nouveau projet de Constitution qui permettrait d'éliminer cette restriction.

La santé de M. Sata suscitait des inquiétudes depuis le mois de juin, après son séjour en Israël pour un traitement médical. Il apparaissait de plus en plus rarement en public, et avait également omis de prononcer un discours, comme prévu, en septembre, devant l'Assemblée générale des Nations Unies (ONU) à New York.

La semaine dernière, le bureau du président avait annoncé son départ du pays pour une « visite médicale », sans fournir d’autres précisions.

M. Sata dirigeait la Zambie depuis son élection en 2011. Il avait alors battu Rupiah Banda, dont le mouvement était au pouvoir depuis les premières élections multipartites du pays en 1991. Son élection avait mis fin à la mainmise du Movement for Multiparty Democracy ou MMD (Mouvement pour la démocratie multipartite) de Frederick Chiluba sur le pouvoir. Il avait promis de lutter contre la corruption et la pauvreté, et d'améliorer les conditions de travail dans les mines, la Zambie restant le plus grand pays producteur de cuivre de l'Afrique.

M. Sata, qui était connu pour sa langue acerbe, avait été surnommé « King Cobra », le « Roi Cobra ».


XS
SM
MD
LG