Liens d'accessibilité

Le tueur de Fort Hood, condamné à mort


Nidal Hasan, qui a été condamné à la peine capitale au terme de son procès, pour la tuerie qui avait fait 13 morts en 2000

Nidal Hasan, qui a été condamné à la peine capitale au terme de son procès, pour la tuerie qui avait fait 13 morts en 2000

Un jury militaire a condamné le major Nidal Hasan à mort pour avoir tué 13 personnes lors de la fusillade de novembre 2009 à Fort Hood, au Texas. Il n’a fallu aux jurés que quelques heures de délibération pour rendre leur décision mercredi. L’ancien psychiatre de l'armée, qui s'est représenté tout au long de son procès, avait refusé de s’exprimer après la dernière plaidoirie de l'accusation.

Comme la décision devait être unanime, l’incertitude planait sur la décision du jury, rappelle Geoffrey Corn, un ancien procureur militaire qui enseigne à l’école de droit du South Texas College à Houston, au Texas. « Il y avait toujours la possibilité, même si les preuves étaient convaincantes, qu'un membre du jury décide, pour une raison quelconque, de ne pas infliger la peine de mort dans cette affaire », a-t-il expliqué. « De toute évidence, cela ne s’est pas produit, mais c'était toujours une possibilité », poursuit l’avocat.

Lorsqu’un jury opte pour la peine de mort, le droit militaire prévoit une procédure d'appel, au cours de laquelle les avocats à la défense pourront contester la décision.

Toujours selon M. Corn, l’appel pourrait porter sur la décision du condamné de remercier ses avocats et de se défendre lui-même, et leur rôle tout au long de la procédure, à laquelle ils ont assisté en tant que spectateurs. « Les avocats à la défense ont insisté tout au long du procès sur le fait qu'ils auraient dû jouer un plus grand rôle dans cette affaire pour protéger les intérêts de l’accusé, mais la loi est claire. Ils n'ont pas ce droit, c’est Hasan qui en bénéficie » a explique M. Corn. Néanmoins, en appel, les avocats vont évidemment demander aux tribunaux de réexaminer cette question », a-t-il ajouté.

Pour l’avocat, le contraste est grand entre les principes des Américains et la mentalité dérangée du tueur reconnu coupable. Il rappelle qu'un policier a abattu Hasan pour mettre fin à la tuerie, mais ne l’a pas achevé une fois par terre. Au contraire, avec l’aide d’un des hommes que le major avait essayé de tuer, il lui a sauvé la vie. L'armée lui a ensuite fourni des soins médicaux et un procès équitable.

« Je pense que l'une des choses dont on ne parle pas dans cette affaire, c’est la victoire de la raison sur la puissance. Ou de l'humanité sur la dépravation. Notre nation a été fondée sur la conviction que la raison doit l'emporter sur le pouvoir et c'est ce que signifiait ce procès » explique Maitre Corn. « C'est ce devrait nous donner confiance dans son issue » a-t-il dit.

Hasan sera transféré dans une prison militaire de Fort Leavenworth, au Kansas, où il restera pendant que les appels sont interjetés. La procédure d'appel initiale prendra probablement environ 4 ans, mais d'autres pourraient suivre. Si la peine de mort est éventuellement appliquée, ce serait une première pour l'armée américaine depuis 1961.
XS
SM
MD
LG