Liens d'accessibilité

Le Tchad et le Cameroun se mobilisent contre Boko Haram


Un soldat tchadien en RCA, janvier 2014. (Photo d'archives).

Un soldat tchadien en RCA, janvier 2014. (Photo d'archives).

Les deux pays voisins s’inquiètent de la menace que représente l’organisation terroriste nigériane.

Dans le nord du Nigeria, au moins 29 personnes sont mortes mercredi dans l’attaque contre le village Chukku Nguddoa dans l'Etat de Borno. Et une fois de plus les islamistes de Boko Haram sont pointés du doigt.

C’est dans ce contexte que le Cameroun et le Tchad s’inquiètent de la menace que représente l’organisation terroriste nigériane.

Les présidents Paul Biya et Idriss Deby Itno se sont rencontrés mercredi à Yaoundé. Objectif : examiner des rapports sécuritaires et tracer une feuille de route pour contrer la menace islamiste.

Les présidents Paul Biya et Idriss Deby ont réaffirmé les engagements pris lors du sommet du 17 mai à Paris pour faire la guerre à Boko Haram.

Nyambelle Davis, un expert tchadien des questions de sécurité, rappelle que les présidents du Tchad et du Cameroun ont accepté que leurs forces traversent la frontière des deux côtés pour faire face aux terroristes et groupes armés.

M. Nyambelle insiste sur la nécessité d’augmenter les patrouilles mixtes le long de la frontière.

Il a cité des renseignements sur Boko Haram, qui a reçu des armes sophistiquées du Moyen Orient et du Maghreb. Ces armes auraient transité par le Soudan et le Tchad vers le Nigeria et le Cameroun.

Des armes sont aussi venues de Libye selon l’expert qui rappelle que les militants de Boko Haram se sont entrainés au Mali, lorsque le Nord-malien était encore sous contrôle des djihadistes.
XS
SM
MD
LG