Liens d'accessibilité

Le Sud-Soudan officiellement indépendant


A Bari, un habitant agite un drapeau sud-soudanais le 8 juillet 2011

A Bari, un habitant agite un drapeau sud-soudanais le 8 juillet 2011

Scènes de liesse à Juba où le nouveau pays a proclamé son indépendance devant des dizaines de milliers de Sudistes et un parterre de dirigeants africains et étrangers.

C'est le chef du Parlement sud-soudanais, James Wanni Igga, qui a annoncé la « déclaration d'indépendance du Sud-Soudan » lors d'une céremonie à Juba, la capitale du nouvel Etat qui compte parmi les plus pauvres du monde et dont l'avenir s'annonce difficile.

Le nouveau drapeau du Sud-Soudan été ensuite hissé sous les applaudissements de la foule. Puis Salva Kiir a prêté serment comme premier président du Sud-Soudan et signé la constitution transitoire, en jurant de « favoriser le développement et le bien-être du peuple ».

« Je suis fier de déclarer que les États-Unis reconnaissent officiellement la république du Sud-Soudan comme État souverain et indépendant », a aussitôt déclaré le président des États-Unis Barack Obama par voie de communiqué.

Parmi les dignitaires présents figuraient le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, la majorité des chefs d'État africains, l'ancien secrétaire d'État américain Colin Powell.

Le gouvernement soudanais a reconnu le Sud-Soudan, mais des questions restent en suspens entre les deux pays, notamment en ce qui concerne la répartition des richesses pétrolières.

Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international pour crimes de guerre au Darfour et conspué par les sudistes pour les avoir combattus jusqu'en 2005, était également présent.

«Nous félicitons nos frères du Sud pour la création de leur nouvel Etat », a déclaré celui qui fut pendant des années le plus farouche adversaire de cette idée. « La volonté des Soudanais du Sud doit être respectée », a ajouté Omar el Béchir, en faisant référence au référendum d'autodétermination organisé en janvier dernier.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a autorisé l'envoi d'une nouvelle force de maintien de la paix au Sud-Soudan. Le Conseil a accepté le déploiement d'un maximum de 7000 soldats et de 900 policiers internationaux, en plus d'un nombre indéterminé d'employés civils des Nations unies, dont des experts en droits de la personne.

XS
SM
MD
LG