Liens d'accessibilité

Le Soudan menace de fermer sa frontière avec le Soudan du Sud


Les présidents Salva Kiir (au c.) et Omar el-Béchir (en blanc) après une conférence de presse à Khartoum en octobre 2011

Les présidents Salva Kiir (au c.) et Omar el-Béchir (en blanc) après une conférence de presse à Khartoum en octobre 2011

Le Soudan a menacé dimanche de fermer sa frontière avec le Soudan du Sud si Juba ne "respecte pas son engagement" à expulser les groupes insurgés qui combattent les forces armées de Khartoum.

Les relations entre les deux pays sont tendues depuis la sécession du Soudan du Sud en juillet 2011, devenu Etat indépendant après un accord de paix qui avait mis fin à une longue et dévastatrice guerre civile.

Khartoum et Juba s'accusent mutuellement de soutenir des rebelles sur leur territoire respectif.

Khartoum a régulièrement accusé son voisin du Sud de soutenir des groupes rebelles dans les Etats soudanais du Darfour, du Nil-Bleu ou celui du Kordofan-Sud.

"Le vice-président du Soudan du Sud Taban Deng avait assuré que Juba allait expulser les rebelles sous 21 jours après son voyage à Khartoum", a déclaré le ministre d'Etat soudanais aux Affaires étrangères Kamal Ismail, cité par le Sudan Media Centre, une agence de presse proche du pouvoir. M. Ismail fait référence à une visite du nouveau vice-président sud-soudanais le 21 août à Khartoum.

"Si le gouvernement du Soudan du Sud ne respecte pas cet engagement, le gouvernement du Soudan fermera la frontière et arrêtera d'envoyer de l'aide humanitaire au Soudan du Sud", a-t-il prévenu.

"Le Soudan du Sud doit prendre une décision politique en expulsant ces groupes rebelles", a-t-il ajouté.

Le président soudanais Omar el-Béchir avait ordonné la réouverture de la frontière contestée entre les deux pays en janvier près de quatre ans après une dispute qui avait dégénéré en conflit armé en 2012.

Les deux pays ont toujours d'importants contentieux en suspens, notamment sur le statut de la région frontalière d'Abyei et sur les redevances que devrait payer Juba pour l'utilisation d'un pipeline traversant le Soudan afin d'exporter son pétrole.

En juin, des ministres soudanais et sud-soudanais s'étaient déjà rencontrés à Khartoum pour tenter de trouver des solutions à ces différends.

Plus de 247.000 Sud-Soudanais se sont réfugiés au Soudan depuis le début de la guerre civile en 2013, selon l'ONU. Le Soudan du Sud a sombré deux ans après son indépendance dans une guerre civile qui a tué des dizaines de milliers de civils.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG