Liens d'accessibilité

Le Soudan du Sud au bord du précipice, selon Obama.


Des déplacés assis à l'intérieur d'une base de la Mission des Nations unies au Soudan (MINUSS) à Juba, 19 décembre 2013.

Des déplacés assis à l'intérieur d'une base de la Mission des Nations unies au Soudan (MINUSS) à Juba, 19 décembre 2013.

Au moins 20 civils ont été tués au Soudan du Sud lors d'une attaque sur une base de l'ONU. Deux casques bleus indiens sont morts dans l’incident. L'attaque s'est produite, jeudi 19 décembre, dans la ville d’Akobo.

2.000 jeunes armés, que l’on croit être de l’ethnie Nuer, ont encerclé la base et ont ouvert le feu. Ils en voulaient apparemment, selon l’ONU, à des membres de l'ethnie Dinka qui avaient trouvé refuge dans le complexe des Nations unies.

Les Casques bleus ont essayé de négocier avec les assaillants, mais ont fait l'objet « d’une attaque soutenue». 43 soldats de la paix se trouvaient à l’intérieur de la base. Les sources disent qu'ils n’ont pas pu tenir tête aux assaillants.

Le Soudan du Sud est "au bord du précipice" de la guerre civile a déclaré le président américain Barack Obama qui fait allusion à la situation de plus en plus chaotique dans ce pays.

L’Amérique y a déployé 45 soldats pour la sécurité de ses ressortissants. Et l'Union africaine a envoyé, le jeudi 19 décembre, une mission de paix composée de plusieurs ministres est-africains.

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Navi Pillay, a affirmé que le risque de conflit ethnique était "extrêmement élevé", tout en se disant "profondément inquiète pour la sécurité des civils".

Charles Haskins, responsable de la Fondation Hirondelle, se trouve dans une base de l’ONU à Juba, la capitale. Il pense que le bilan des affrontements de ces derniers jours risque d’être beaucoup plus lourd.

XS
SM
MD
LG