Liens d'accessibilité

Le Soudan du Sud accuse son voisin soudanais de l'avoir bombardé


Le champ de pétrole d'El Nar, au Soudan du Sud, bombardé par les Soudanais le 3 mars 2012

Le champ de pétrole d'El Nar, au Soudan du Sud, bombardé par les Soudanais le 3 mars 2012

Juba accuse Khartoum d'avoir bombardé son territoire et de soutenir la rébellion qu'il combat, alors que Khartoum reproche également à son voisin du sud d'appuyer les insurgés qui s'opposent au régime soudanais

"Un Antonov appartenant à l'armée de l'air soudanaise a bombardé nos positions défensives à Babneis, à l'est de la ville de Renk dans l'Etat du Haut-Nil (nord-est), un total de 12 bombes ont été larguées", a déclaré le porte-parole de l'armée sud-soudanaise, Lul Ruai Koang.

"Il est important d'informer nos troupes, la population du Soudan du Sud, la région et la communauté internationale que ces bombardements par l'armée soudanaise ont été effectués sans provocation de notre part et qu'ils constituent une violation de notre espace aérien", a-t-il ajouté, sans faire état de victimes.

Ces bombardements ne pouvaient pas être confirmés de source indépendante. Toutefois, Khartoum a déjà bombardé le Soudan du Sud, semblant prendre pour cible des rebelles soudanais cherchant à traverser la frontière.

Le porte-parole de l'armée sud-soudanaise a également accusé le Soudan voisin de se battre aux côtés du commandant rebelle sud-soudanais Johnson Olony.

La semaine passée, le Soudan a menacé de fermer à nouveau sa frontière avec le Soudan du Sud voisin qu'il accuse de soutenir des rebelles opposés au régime de Khartoum, moins de deux mois après sa réouverture.

Les relations entre Khartoum et Juba sont tendues depuis la sécession du Soudan du Sud en juillet 2011, devenu Etat indépendant après un accord de paix entre nordistes et sudistes qui avait mis fin à une longue et dévastatrice guerre civile.

Les deux pays s'accusent réciproquement de soutenir des rebelles qui leurs sont opposés dans leurs pays.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG