Liens d'accessibilité

Le Slovène Vesel à la tête de la commission d'audit des comptes de la Fifa


Le logo de la Fifa

Le logo de la Fifa

Le Bureau du Conseil de la Fifa a nommé le Slovène Tomaz Vesel à la tête de sa Commission indépendante d'audit chargée de vérifier la conformité et la fiabilité de ses comptes.

"Je suis ravi de rejoindre la Fifa. En tant qu'institution qui gouverne le sport le plus populaire du monde, elle dispose d'une portée toujours plus grande et d'un impact important", a déclaré le nouveau "monsieur propre" de l'instance suprême du football, âgé de 49 ans, dans un communiqué. "J'ai hâte de pouvoir travailler avec la Fifa pour s'assurer qu'elle opère en accord avec les règles internationales et qu'elle continue à emprunter le chemin de la bonne gouvernance sur lequel elle s'est engagée avec ses réformes."

Vesel prendra immédiatement ses fonctions, et ce jusqu'au 67e congrès de la Fifa qui doit se tenir en 2017 à Kuala Lumpur. Diplômé de droit économique européen, il a passé une partie de sa carrière à la Cour des comptes slovène. Nommé vice-président de l'instance nationale en 2003, il en a pris la présidence en 2013, sur nomination de l'Assemblée nationale.

"La nomination de M. Vessel à la tête de la Commission d'audit et de conformité est un pas important pour la Fifa", a déclaré son président Gianni Infantino. Son "expertise et son expérience internationale nous aideront à rassurer les investisseurs et à restaurer la confiance dans la Fifa."

L'instance est embourbée depuis mai 2015 dans une gigantesque affaire de corruption qui a fait tomber plusieurs de ses dirigeants. Outre les emblématiques Sepp Blatter (ex-président) et Michel Platini (favori à sa succession), tout deux écartés, Jérôme Valcke, ex-secrétaire général, mis en cause dans une affaire de revente de billets au marché noir, a été licencié puis suspendu 10 ans. L'Allemand Markus Kattner, directeur financier et secrétaire général adjoint, entré à la Fifa en 2003, accusé de "manquements" financiers en lien avec ses fonctions qui pourraient se chiffrer à des millions de dollars, a été renvoyé.

La Fifa a de son côté donné des gages de bonne volonté en adoptant en février dernier un ambitieux plan de réforme de sa gouvernance, prévoyant notamment une limitation des mandats du président, un contrôle de l'intégrité des membres de son "gouvernement" et une transparence des revenus.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG