Liens d'accessibilité

Le Sénégal exhorte ses pêcheurs à ne plus violer les eaux mauritaniennes


Un groupe de jeunes sénégalais font du kayak sur le fleuve Sénégal, à Saint-Louis, Sénégal, 18 mai 2013. (AP photo / Rebecca Blackwell)

Un groupe de jeunes sénégalais font du kayak sur le fleuve Sénégal, à Saint-Louis, Sénégal, 18 mai 2013. (AP photo / Rebecca Blackwell)

Le Sénégal a appelé ses pêcheurs n'étant pas en règle en Mauritanie à ne plus pêcher dans les eaux de ce pays voisin pour éviter des incidents, après l'entrée en vigueur d'une nouvelle réglementation mauritanienne concernant les pêcheurs étrangers.

"Nous demandons à nos pêcheurs qui ne sont pas en règle de ne plus pêcher dans les eaux mauritaniennes", a affirmé vendredi à l'AFP le ministre sénégalais de la Pêche, Oumar Guèye, en visite jeudi et vendredi dans la capitale mauritanienne Nouakchott.

Il a rappelé "à tous (les pêcheurs sénégalais) l'obligation de respecter les lois et règlements de la Mauritanie" voisine où de nouveaux textes sur la pêche ont commencé à être appliqués début février.

Cet appel a lieu après un récent incident maritime au cours duquel des garde-côtes mauritaniens ont tiré sur des pêcheurs sénégalais, en blessant certains, ont rapporté des pêcheurs sénégalais.

L'accord de pêche liant Dakar à Nouakchott "n'a pas été renouvelé depuis janvier 2016 en raison du refus des Sénégalais d'observer l'obligation de débarquement de leurs prises en Mauritanie prévue par la réglementation" mauritanienne, a affirmé à l'AFP un responsable au ministère mauritanien des Pêches, Mohamed Elhafedh Ijiwen.

"Une période transitoire de 13 mois qui s'est achevée le 31 janvier 2017 avait alors été donnée aux armateurs étrangers pour se conformer à la nouvelle réglementation" visant tous les pêcheurs étrangers dont une majorité de Sénégalais, a-t-il expliqué.

Le ministre sénégalais de la Pêche a également annoncé à l'AFP un programme de "retour volontaire" dans leur pays concernant plus de 400 pêcheurs sénégalais actuellement en Mauritanie, "en raison de la nouvelle loi" sur la pêche dans ce pays.

Dakar et Nouakchott se sont également entendus pour des patrouilles mixtes sur leurs frontières maritimes pour "faire respecter (leurs) réglementations et prévenir d'éventuels incidents", selon leurs autorités.

Les pêcheurs sénégalais, particulièrement ceux de Saint-Louis (nord), sont confrontés à une raréfaction de la ressource halieutique dans leur pays due notamment à une surexploitation. Ils dépendent en partie des eaux poissonneuses de la Mauritanie voisine, selon des professionnels de la pêche.

Des incidents entre gardes-côtes mauritaniens et pêcheurs artisanaux de Saint-Louis, souvent accusés de violer l'espace maritime mauritanien, sont fréquents ces dernières années.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG