Liens d'accessibilité

Le secrétaire aux Anciens combattants, appelé à s’expliquer sur les carences de son ministère


Eric Shinseki va devoir se présenter devant une commission sénatoriale

Eric Shinseki va devoir se présenter devant une commission sénatoriale

Des parlementaires américains ont convoqué le général Eric Ken Shinseki, secrétaire aux Anciens combattants (U.S. Department of Veterans Affairs). Il devra se présenter la semaine prochaine au Congrès pour témoigner sur un nouveau scandale affectant son ministère.

Les média américains font état depuis plusieurs jours d’informations selon lesquelles des militaires qui chercheraient à se faire soigner voient leur nom inscrit sur des listes d’attente interminables, notamment dans l’Etat de l’Arizona. Certains seraient décédés faute d’avoir été traités à temps, selon les média, qui citent des documents officiels.

Un comité de la Chambre des représentants a voté une assignation à produire qui va forcer le ministère des Anciens combattants à livrer les dossiers relatifs aux listes d'attente. Un comité sénatorial a, de son côté, convoqué le général Shinseki à témoigner.

M. Shinseki n’a pas attendu cette assignation à comparaitre pour ordonner un audit au niveau national sur l'accès aux soins médicaux des anciens combattants. A noter que les responsables du centre médical de Phœnix, dans l’Arizona, cité comme étant l’installation où la liste d’attente serait la plus longue, démentent avoir dressé une liste d’attente secrète. Mais ils affirment enquêter sur la tenue des dossiers.

La Légion américaine (American Legion), l'un des principaux groupes de pression en faveur des anciens combattants, réclame la démission du général Shinseki et de deux autres hauts fonctionnaires du ministère des Anciens combattants. Mais un autre groupe, le Veterans of Foreign Wars group, n’est pas d'accord et souhaite que le général Shinseki prenne des mesures pour résoudre les problèmes, plutôt que de démissionner.

La Maison-Blanche affirme faire pleinement confiance à M. Shinseki. Elle a souligné que le nombre d'anciens combattants en attente de traitement dans les hôpitaux du ministère des Anciens combattants a été réduit de moitié, passant de 600.000 en 2013 à un peu plus de 300.000 début mai.
XS
SM
MD
LG