Liens d'accessibilité

Quelle peine pour Tsarnaev ?


Dzhokhar Tsarnaev (U.S. Attorney's Office in Boston/Handout via Reuters)

Dzhokhar Tsarnaev (U.S. Attorney's Office in Boston/Handout via Reuters)

La seconde phase du procès de Djokhar Tsarnaev permettra de décider si le jeune homme d'origine tchétchène, déjà reconnu coupable, sera ou non condamné à mort.

L'attentat du 15 avril 2013 au marathon de Boston fut un acte "inexcusable" et "insensé", a déclaré mardi une procureure américaine au commencement de la seconde phase du procès de Djokhar Tsarnaev, au terme de laquelle sera décidé si le jeune homme d'origine tchétchène, déjà reconnu coupable, sera ou non condamné à mort.

Djokar Tsarnaev, 21 ans, a été déclaré coupable le 8 avril de l'attentat, qui avait causé la mort de trois personnes et avait fait 264 blessés sur la ligne d'arrivée du marathon, ainsi que de la mort d'un agent de police tué alors qu'avec son frère aîné Tamerlan, Djokhar s'apprêtait à prendre la fuite, trois jours plus tard. "Insupportable. Indescriptible. Inexcusable. Et insensé. Tous ces mots ont été utilisés pour qualifier les meurtres commis par Djokar Tsarnaev", a déclaré Nadine Pellegrini, dans la déclaration inaugurale de la phase entamée mardi. "Les crimes de Djokhar Tsarnaev étaient délibérés, intentionnels et cruels".

Les avocats de la défense, qui font valoir que Tamerlan, le frère aîné, était la cheville ouvrière de l'attentat et que Djokhar ne faisait que suivre, ont choisi d'attendre la semaine prochaine pour leur déclaration liminaire et pour appeler à la barre leurs propres témoins. Cette phase du procès devrait durer quatre semaines.

Le même jury qui a prononcé le verdict de culpabilité le 8 avril sera, à l'issue de la nouvelle phase, conduit à décider entre la peine de mort et la réclusion à perpétuité sans possibilité de liberté conditionnelle. L'idée d'exécuter Djokhar Tsarnaev fait débat à Boston, car le Massachusetts n'autorise pas la peine de mort. Cette peine reste cependant possible car Djokhar Tsarnaev est jugé devant un tribunal fédéral.

Avec Reuters

XS
SM
MD
LG