Liens d'accessibilité

Le président ivoirien appelle à une trêve sociale pour le 1er mai

  • VOA Afrique

Le président ivoirien Alassane Ouattara arrive aux célébrations du 1er mai à Abidjan, le 1er mai 2017.

A l'occasion du 1er mai, le président ivoirien Alassane Ouattara a appelé les syndicats de travailleurs à une trêve sociale pour permettre de résoudre les problèmes restés en suspens après la grève des fonctionnaires de janvier qui avait paralysé l'administration publique.

"J'approuve totalement l'appel du gouvernement à une trêve sociale. A une trêve qui doit être conclue et je l'ai demandée également d'ici la fin du mois de juillet. Elle doit nous permettre de travailler sereinement à la résolution des problèmes identifiés. Et je me félicite de la mise en place du comité de la trêve sociale qui devra en examiner les modalités", a déclaré M. Ouattara aux centrales syndicales lors de la célébration de la fête du travail.

Début janvier, les fonctionnaires ivoiriens étaient entrés en grève pour demander des augmentations de salaires, le paiement d'arriérés de primes et pour protester contre une réforme des retraites intervenue en 2012 dont les premiers effets se font sentir en 2016, avec la mise à la retraite de fonctionnaires touchés par la loi.

Les fonctionnaires ont également réclamé "le paiement des stocks d'arriérés d'un montant global de 243 milliards de francs CFA (environ 371 millions d'euros) pour près de 130.000 travailleurs, soit près 80% de l'effectif de la fonction publique".

"Ce point est un point difficile", a reconnu le président Ouattara. "Je demande que les discussions se poursuivent entre les centrales syndicales et le gouvernement en vue de me remettre les conclusions pour la fin du mois de juillet au plus tard", a-t-il proposé, invitant à "privilégier le dialogue pour résoudre les problèmes en suspens".

Concernant les autres points, "le gouvernement a décidé de réintroduire dans le système de gestion des pensions publiques des fonctionnaires et agents de l'Etat, premièrement, la majoration pour famille nombreuse, 6 enfants entre 16 et 21 ans. Deuxièmement, les allocations familiales. Troisièmement, la pension de conjoint survivant avec effet immédiat", a annoncé le président Ouattara.

Cela "est une bonne chose. Nous disons merci pour cela. Mais la question centrale pour laquelle nous étions là aujourd'hui c'est la questions du stock des arriérés. Et sur cette question-là, nous repartons vraiment en restant sur notre faim. Nous n'avons pas eu les réponses que nous attendons", a déclaré Théodore Gnagna Zadi, président de la plateforme des organisations professionnelles du secteur public.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG