Liens d'accessibilité

Le président ghanéen blanchi dans une affaire de corruption se présente à sa propre succession


Le président ghanéen John Dramani Mahama

Le président ghanéen John Dramani Mahama

John Dramani Mahama, accusé d'avoir reçu une voiture en contre-partie d'un contrat lucratif, a été blanchi jeudi, le jour-même où il a présenté sa candidature officielle pour l'élection présidentielle de décembre.

La Commission des Droits de l'Homme et de la Justice Administrative (CHRAJ) a rapporté que les suspicions de conflit d'intérêt contre M. Mahama "n'étaient pas prouvées".

"Une enquête plus poussée n'est pas justifiée", selon la Commission.

Le gouvernement n'a jamais nié avoir reçu un 4x4 de la part d'une entreprise de construction au Burkina Faso qui avait gagné l'appel d'offre pour reconstruire le mur d'enceinte de l'ambassade du pays à Ouagadougou.

Mais il nie que ce cadeau ait été un moyen de sécuriser un autre contrat pour la construction d'une route dans la région ghanéenne de la Volta et affirme que le véhicule a rejoint le parc automobile du gouvernement.

La CHRAJ, dont les responsables sont nommés par le président, a toutefois accusé M. Mahama d'avoir transgressé le code de bonne gouvernance en acceptant ce cadeau.

Le président avait lancé en 2013 un code d'éthique pour les ministres et les fonctionnaires afin de lutter contre la corruption, leur interdisant d'accepter des cadeaux de plus de 500 cedis (120 US$) ou à les reverser à des associations caritatives.

La corruption a été au coeur de la vie politique ghanéenne ces deux dernières années, après qu'un grand nombre de juges ont été renvoyés, accusés d'avoir accepté des pots-de-vin en échange de remise de peine.

Le scandale, révélé par un journaliste d'investigation anonyme, avait déclenché une grande vague d'indignation dans le pays.

M. Mahama, qui représente le parti du Congrès National Démocratique (NDC) est candidat à sa propre succession pour le prochain scrutin présidentiel de décembre et a soumis sa candidature jeudi, à la Commission électorale.

Il affrontera Nana Akufo-Addo, leader principal de l'opposition (Nouveau Parti Patriotique, NPP), comme au cours de dernières élections de 2012.

Le président la Commission électorale Yussif Alhassan Ayuba, a annoncé à l'AFP que 23 personnes avaient récupéré les dossiers de candidature à la présidence jeudi et ont jusqu'à vendredi 17h pour les soumettre.

"Les deux partis majeurs de la scène politique ghanéenne, le NPP et NDC, ont soumis leur candidature", a-t-il dit.

L'élection présidentielle aura lieu le 7 décembre prochain.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG