Liens d'accessibilité

Le président camerounais réclame des appuis pour lutter contre Boko Haram


Le président Paul Biya (AP)

Le président Paul Biya (AP)

Un accord clé, engageant les pays voisins du Nigeria à mettre en place une force régionale pour coordonner la lutte contre Boko Haram, est resté lettre morte, a dit Paul Biya.

Suite aux menaces formulées par Boko Haram contre sa personne, le président camerounais Paul Biya a lancé un appel à la communauté internationale, l’appelant à appuyer le combat contre la milice islamiste.

Lors d'une réunion jeudi avec des diplomates en poste dans son pays, M. Biya a rappelé qu’un accord clé, engageant les pays voisins du Nigeria à mettre en place une force régionale pour coordonner la lutte contre Boko Haram, est resté lettre morte.

La communauté internationale devrait se mobiliser pour lutter contre le terrorisme, a estimé M. Biya, qui a qualifié ce phénomène de menace à la paix et la stabilité dans le monde.

L’Union africaine (UA) et d'autres organisations internationales devraient proposer une réponse globale à cette menace, a poursuivi le président camerounais. Le fait d'être éloigné d’une zone de conflit n’est pas une protection, et le terrorisme est un problème mondial, qui mérite une riposte internationale.

Boko Haram a lancé ses opérations dans le nord du Nigeria vers 2009. Depuis, les djihadistes ont fait des milliers de victimes, et l'année dernière, ils ont pris le contrôle des Etats d'Adamaoua et de Borno au Nigéria.

Le Cameroun partage une frontière avec l’Etat de Borno, et ses soldats affrontent les militants de Boko Haram le long de cette frontière.

XS
SM
MD
LG