Liens d'accessibilité

Le Premier ministre somalien implore Washington d'intervenir en faveur des envois de fonds


Nombre de déplacés somaliens dépendent d'envois de fonds de parents installés aux Etats-Unis

Nombre de déplacés somaliens dépendent d'envois de fonds de parents installés aux Etats-Unis

Les envois de fonds sont une bouée de sauvetage pour des milliers de Somaliens qui dépendent de la bonne volonté de parents installés aux Etats-Unis.

Omar Abdirashid Ali Sharmarke, le chef du gouvernement somalien, a demandé à l’administration Obama d’intervenir pour permettre la reprise des services de transfert d'argent à la Somalie. Des services dont la règlementation s'est nettement resserrée, pour empêcher la milice islamiste des Shebab d'en profiter et de financer illicitement ses activités.

Le Premier ministre somalien a fait valoir que les envois de fonds représentent une bouée de sauvetage pour des milliers de Somaliens qui dépendent, pour leur survie, de la bonne volonté de parents installés aux Etats-Unis.

Dans un communiqué, M. Abdirashid Ali Sharmarke a dit avoir abordé cette « question urgente » avec des représentants du gouvernement américain, et il a réitéré ses appels aux banques américaines pour qu’elles reviennent sur leur décision de suspendre les transferts de fonds.

Beaucoup de banques ont pris cette décision en raison de la réglementation imposée par le gouvernement américain, qui vise à empêcher les shebab de recevoir des fonds. M. Abdirashid Ali Sharmarke a promis de faire « tout ce qui est en son pouvoir » pour trouver une solution légitime, transparente, et permanente au problème.


Selon les Nations Unies, 40% des familles somaliennes dépendent de transferts de fonds envoyés de l'étranger. La diaspora somalienne envoie plus de 1 milliard de dollars en Somalie chaque année. L’ONU redoute l’impact humanitaire de la suspension des envois de fonds.

XS
SM
MD
LG